28.11.2020
Nouvelle de 19 h Pas de changement en vue

Pas de changement en vue

Terrain du Lab-École

Le président de la Commission scolaire des Phares, Gaston Rioux et le maire de Rimouski, Marc Parent, ne voient pas la nécessité de changer de terrain pour le projet de Lab-École.

Malgré un certain courant populaire favorable au déplacement vers l’Ouest de ce projet de 25 M$, les deux intervenants majeurs de ce dossier demeurent sur leur position : le terrain situé à l’angle de la rue Anne-Hébert et de l’avenue Léonidas Sud répond aux besoins de cette nouvelle école qui regroupera huit classes préscolaires et 17 classes du niveau primaire jusqu’à la 6e année.

Le président Rioux précisait récemment que des démarches ont été entreprises pour acquérir la parcelle de terrain additionnelle nécessaire à l’agrandissement de l’école et de ses infrastructures. Le concours d’architecture doit subir aussi les modifications requises.

Besoins spéciaux

« Il nous faut absolument maintenir un espace de cour répondant aux besoins du concept du Lab-École, qui prévoit un niveau d’activité physique supérieur. Notre terrain initialement prévu doit être plus grand. Nous avons une entente avec le vendeur du terrain ( Fred Lamontagne inc ), pour acheter ou louer une partie additionnelle qui jouxte le nôtre », expliquait notamment monsieur Rioux.

Conseil municipal

Hier ( lundi ), après l’assemblée régulière du conseil, le journal le soir a questionné le maire Parent, qui n’a pas semblé particulièrement interpellé par le sujet.

« Lorsque nous avons été approchés par la Commission scolaire pour un terrain, il y a un an, on lui a fait différentes propositions et son choix s’est arrêté sur le site actuel. Je pense que les propositions incluaient le secteur Alcide C. Horth, mais la CS des Phares a pris une autre option. Elle m’a semblé tout-à-fait satisfaite du terrain proposé au moment où on lui a proposé, puisque c’est celui qu’elle a choisi. »

L’Espace Alcide-C.-Horth, entre la 2e rue Est et le boulevard Arthur-Buies Est, était désigné comme prometteur pour le développement de commerces de proximité il y a quatre ou cinq ans, mais le projet n’a pas « levé » comme on dit couramment.

Sol compact

Joint aujourd’hui, Gaston Rioux confirme que le choix Léonidas/Anne-Hébert est maintenu.

« Ça demeure le plus approprié pour sa superficie et pour la qualité du sol, comparativement à ce qu’aurait pu coûter d’éventuels travaux sur un sol marécageux. Les promoteurs de Lab-École ont vu le terrain choisi et trouvent sa situation géographique extraordinaire. Ce terrain permet des ajustements que les autres n’auraient pas permis. L’accès au site retenu encourage la promotion du transport actif, conformément aux objectifs du Lab-École. Presque 90 % des élèves n’auront pas à utiliser le transport scolaire », réagit-il.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×