19.09.2020
Chroniques Conte du temps des Fêtes à Vaudeville

Conte du temps des Fêtes à Vaudeville

Loin de moi l’idée de vouloir me substituer à Madame Georgette Renaud et Monsieur Daniel Projean qui sont des conteurs extraordinaires et qui publient des textes dans le journal le soir. Mais la période des Fêtes est propice pour laisser libre cours à notre état d’esprit qui peut friser la fantaisie. Alors, je me lance et ça se lit comme suit :

Bienvenue à Vaudeville! Les préparatifs vont bon train dans les chaumières pour célébrer le temps des Fêtes et les 49 383 habitants de cette charmante ville située en bordure d’un fleuve majestueux s’activent. Le même phénomène se produit à l’atelier du Père Noël trans«parent» où les onze lutines et lutins ont la « broue » dans le toupet depuis le début de leur mandat. Allons voir ce qui se trame dans chacun de leur district.

À l’extrémité Ouest de Vaudeville, siège la lutine Givir. Une p’tite nouvelle dans l’atelier du Père Noël qui aspire déjà, comme les rumeurs persistantes l’indiquent, au trône du bonhomme. Faut dire qu’elle a du front tout le tour de la tête et sa prise de position contre la venue du géant Cocost est applaudie par les environnementalistes qui monopolisent la période de questions au conseil municipal. Bref, elle a le vent en proue la jeune lutine.

À Sacré-Cœur, le lutin Tienbas tient le fort c’est le cas de la dire. À l’image d’un marathonien, il court et il court pour ne pas se faire attraper par des banlieusards qui veulent l’enduire de plumes et de goudron. Les poulaillers du voisinage et l’implantation prochaine de l’usine de bitume fourniront le matériel nécessaire, à ce qu’on nous mentionne. Le supplice s’annonce terrible.

À Nazareth, le maître lutin Driro est le fier bras droit et l’allié indéfectible du bonhomme barbu. Toujours prêt à se porter à la défense de ce dernier, le «Me» pour les intimes pourrait partir à la conquête d’une étoile pour qu’ils s’y refugent tous les deux advenant une mutinerie dans l’atelier. Un chum, c’est un chum!

Dans le district Saint-Germain, Nijen est une lutine d’expérience qui en est à son troisième mandat. Elle rêve non pas de revitalisation mais bien de la mise en valeur de son centre-ville comme elle le dit si bien. Mais avec des bâtiments comme la Cathédrale et la Grande Place qui sont de véritables ruines urbaines, le centre-ville de Vaudeville ressemble étrangement à celui de Kaboul après un bombardement. Et voici que cet automne le jeune Charles «ruait» dans les brancards en initiant une pétition pour sauver les Ateliers Saint-Louis. Nijen n’est vraiment pas sortie de l’auberge!

J’apprends en dernière heure que le lutin Cejo veut s’improviser gardien du Parc Lepage pendant la période des Fêtes. Faudrait peut-être rappeler à Cejo que la polyvalente Paul-Hubert sera fermée pendant deux semaines et qu’il y a peu de chance que des attroupements et bagarres aient lieu. Improvise-toi une autre activité!

Pendant ce temps, dans son district, Rolka saute de toiture en toiture pour vérifier les cheminées. Faut dire que Rolka est un habitué de la couverture et qu’en plus, Vaudeville n’offre plus le service de ramonage. En bon lutin, il ne voudrait surtout pas que le Père trans«parent» salisse son costume lors de la distribution des cadeaux.

Rygo le lutin n’habite pas Rigaud mais bien Sainte-Odile. Soupe au lait à ses heures, il n’aime pas la controverse et se porte à la défense de son patron. Que dire de plus, il fait ses classes!

À l’image d’un diable dans l’eau bénite, Veda se dévoue corps et âme pour faire plaisir à ses concitoyens. Il aurait bien voulu organiser une compétition de «crazy carpets» à Val-Neigette mais peine perdue. À la place, il a acheté des caisses d’oranges d’une école du coin qu’il distribuera dans les foyers de son district. C’est toujours mieux que rien!

Le lutin à la fière allure, Monsi représente dignement le nouveau quartier huppé de Vaudeville. En pleine expansion, on y installera le Lab-École de Ricardo! On peut toujours s’interroger sur sa localisation mais que voulez-vous. Que fera Monsi pour meubler l’espace Alcide-Horth pour lequel on peine à trouver une vocation? Devra-t-on y ériger un deuxième quartier D’Astous?

La lutine Cicé a peut-être perdu sa roulotte à patates frites mais elle a gagné une marina et un tout nouvel enrochement. On lui a promis un bel aménagement au centre de son district mais rien n’y paraît encore. Très déçue de l’avancement de ses projets, on l’aurait vu se frappant la tête sur un immense réservoir de Corsun. Le mur des lamentations de Rimouski-Est voit le jour.

À l’extrémité Est de Vaudeville, Jaco n’est pas l’ombre de lui-même. Au fait, est-ce que quelqu’un sait si Jaco fait de l’ombre? Ses concitoyens sont mieux placés que moi pour juger de sa performance.

Mais, au juste qu’en est-il du Père Noël? Il travaille fort…fort…fort! Il révise constamment la substantielle liste de cadeaux que les citoyens de Vaudeville lui ont demandés. Vous le savez, tous et toutes, le Père Noël est un bonhomme trans«parent» et le mot qu’il faut retenir dans la phrase précédente est «substantiel». En fouillant au fond de sa grosse poche, il a trouvé un chiffre magique, un beau 4,1% qu’il a offert en cadeau à tous les habitants de Vaudeville. Faut croire que nous n’avons pas été sages cette année!

Les personnages présentés dans ce conte sont fictifs. Toute ressemblance avec des personnes connues ne peut qu’être le fruit de votre imagination.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×