30.10.2020
COVID-19 Les employés paramédicaux, anges gardiens ou martyrs?

Les employés paramédicaux, anges gardiens ou martyrs?

Le vice-président de la Fédération des employés du préhospitalier du Québec (FPHQ) , le Rimouskois, Jérémie Landry, appui le cri d’alarme que lance son président provincial, monsieur Daniel Chouinard.

Celui-ci déplore l’hypocrisie du Gouvernement du Québec en ces temps de crise sanitaire. Selon eux, actuellement, le gouvernement dépend beaucoup des travailleurs de la santé, notamment des employés paramédicaux, dans la gestion de la pandémie. Ils sont quotidiennement au front contre la COVID-19, mais ils sont encore et toujours négligés par Québec, obligés de sacrifier leur sécurité pour leur travail !

Familles à risque

Selon monsieur Landry : « La plupart des ententes avec les compagnies d’ambulances sont des Partenariats public-privé (PPP) et les règles de jeux ne sont pas similaires pour tous. Par exemple, aucun employeur ne prend en charge le nettoyage des uniformes, nous voulons que le gouvernement prenne ses responsabilités, le lavage d’uniformes doit être pris en charge par l’employeur si on souhaite prévenir une contamination communautaire ! ».

Et son président, monsieur Chouinard renchérit : « Présentement, tous les employés paramédicaux du Québec mettent leurs familles à risque de contracter la COVID-19 due au manque de directives nationales. « Chaque jour, ils sont obligés de rentrer du travail et de laver leur uniforme potentiellement infecté à la maison. C’est inconcevable ! Ils mettent en danger leur famille, et ne devraient pas à subir ce stress supplémentaire ».

Les employés paramédicaux immunodéprimés sans salaire

Les employés paramédicaux immunodéprimés ayant des maladies chroniques ou qui sont enceintes sont mis en isolement préventif pour assurer leur sécurité. « Mais la grande majorité de ceux-ci sont laissés sans salaire et c’est inacceptable », s’exclame Daniel Chouinard, président de la FPHQ. En ces temps de crise où nous sommes aux premières lignes du combat contre la COVID-19, la Fédération exige que le Gouvernement du Québec reconnaisse le rôle important des travailleurs du préhospitalier en leur accordant un plein salaire lorsqu’ils sont retirés du travail pour prévenir le pire. « Ce que nous demandons, c’est seulement d’avoir le même traitement que les fonctionnaires de l’État. Les fonctionnaires conservent leur salaire sans hésitation et sur-le-champ lorsqu’ils sont retirés du travail par prévention, alors qu’ils ne sont même pas sur la ligne de front », conclut M. Chouinard.

 À la recherche d’une directive nationale

Toujours selon messieurs et Landry et Chouinard : « L’absence d’une directive nationale statuant sur la rémunération des employés paramédicaux en isolement préventif, ainsi que sur la prise en charge du lavage d’uniformes met en péril la sécurité financière et l’intégrité physique des employés paramédicaux et de leur famille. En cette pandémie mondiale, on ne peut laisser des choses aussi importantes au bon gré d’entreprises privées, des mesures uniformes doivent être prises si l’on souhaite vraiment aplatir la courbe ».

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×