05.12.2020
Gouvernement du Québec
COVID-19 Aide financière aux bars: Le «Fédéral» rebrousse chemin et aidera

Aide financière aux bars: Le «Fédéral» rebrousse chemin et aidera

Le gouvernement fédéral a fini par plier aux pressions soutenues des propriétaires de bars et ils pourront désormais, au même titre que les autres entreprises, se prévaloir de la possibilité de faire des prêts sans intérêts de 40 000 $.

Discrimination injustifiée

Les propriétaires de bars de Rimouski et du Québec se préparaient à vivre des moments particulièrement difficiles puisque le programme d’urgence d’aide aux entreprises du gouvernement fédéral et qui est administré par la BDC ne les incluait pas dans le plan à l’origine. Luc Pichette, propriétaire du Bar Le Campus et affilié à l’Association des bars et brasseries du Québec raconte : « Nous étions vraiment déçus quand nous avons appris que le Fédéral nous disqualifiait en usant d’une discrimination injustifiée. La loi disait que nous étions des entreprises qui incitaient à la violence, ainsi, les bars de danseuses, les clubs échangistes, les salons de massage, les casinos et les bars faisaient partie de cette catégorie ».

Intervenants à la rescousse, des remerciements à faire

Le journal le soir a appris que tout près d’une vingtaine de propriétaires de bars Rimouskois se sont regroupés afin de préparer une offensive pour renverser cette décision injuste, monsieur Pichette insiste : « Nous avons des remerciements à faire, car nous n’aurions pas pu le faire seuls. Il aura fallu des interventions comme celles du sénateur bien connu chez nous, Éric Forest,  il a fait des démarches à Ottawa. Notre député fédéral, Maxime Blanchette-Joncas s’est aussi mêlé du dossier. D’autres joueurs ont eu un rôle à jouer, je pense au DG de la Chambre de commerce et de l’industrie de Rimouski-Neigette, Joe Laterreur, le directeur régional de Molson, Jean-François Lévesque et finalement je veux souligner le leadership démontré par Steven Guimond-Corriveau qui fait partie du regroupement de propriétaires ».

Un cadeau de 10 000 $ pour les bars et les entreprises

Les bars, qui sont fermés depuis le 15 mars, se préparaient à vivre des difficultés catastrophiques sans cette aide. Le propriétaire du Campus résume sa pensée : « Moi je suis en affaires depuis plus de 40 ans et mes installations physiques sont payées depuis un certain temps, mais je pense aux jeunes propriétaires en ville qui continue d’avoir des frais fixes importants tels que loyer, assurances, etc. Ce qu’il y a d’intéressant avec le prêt de 40,000$ c’est que nous n’aurons qu’à rembourser 75% de celui-ci, c’est comme un cadeau de 10,000$ pour les bars et entreprises. Le reste du prêt sera remboursable sans intérêt », conclut Luc Pichette avec un soupir de soulagement et heureux du dénouement dans ce dossier.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×