23.09.2020
Nouvelle de 17 h Marché immobilier résidentiel : «Je suis optimiste !»

Marché immobilier résidentiel : «Je suis optimiste !»

- Jean-Maxime Mercier, Propriétaire-Directeur, Via Capitale Horizon

Selon le propriétaire et directeur de la franchise Via Capitale Horizon, Jean-Maxime Mercier, la lumière semble se pointer au bout du tunnel dans l’industrie du marché immobilier: « Avec le retour de la construction, j’ai bien l’impression que le courtage immobilier pourra se remettre en marche prochainement. Certaines transactions ont été conclues et des familles doivent se reloger rapidement, donc nous aurons un rôle à jouer », souligne-t-il.

Le 13 mars, tout a viré au cauchemar

Dans un communiqué de presse émis par L’Association canadienne de l’immeuble (ACI) le 15 avril dernier, on indiquait que  les ventes résidentielles et les inscriptions avaient plongé à l’échelle nationale de février à mars 2020. Jason Stephen, président, rapportait : « Le monde n’est pas près d’oublier mars 2020. Au Canada, les ventes résidentielles et les inscriptions étaient en hausse, ce qui annonçait un printemps chargé pour les courtiers et agents immobiliers, soudainement le vendredi 13 mars, tout a tourné au cauchemar ».

Des ventes créatives

Malgré cette situation, le propriétaire-directeur de Via Capiatle Horizon s’emballe quand il est question des prouesses de ses courtiers : « Toutes les visites physiques de maisons ont donc été annulées. Ce qui veut dire que les ventes habituellement très nombreuses n’ont pas été au rendez-vous. Toutefois, plus les jours avançaient et plus les courtiers étaient créatifs pendant que nos clients demeuraient compréhensifs dans les circonstances. Cela a vu naître des promesses d’achat conditionnel à des visites ultérieures et le tout signé électroniquement ».

Des jours fleurissants à venir

On sait que l’industrie de la vente immobilière tout comme plusieurs autres marchés dans le reste du Québec ont été mis sur pause. Les courtiers de la région ont donc été contraints de suivre les directives sur le confinement. Monsieur Mercier poursuit : « Est-ce que le nombre de ventes globales en 2020 sera au même niveau que celui de 2019 ? Je n’en sais rien, je n’ai malheureusement pas cette boule de cristal. Toutefois il faut reconnaître que l’année passée a été une année record. Alors une baisse de 10, 20 ou même 30% me semble raisonnable et pourrait simplement ressembler à une des années antérieures de l’ère 2010. Ensuite si j’ai à gager, 2021 en sera une fleurissante ».

Une maison, havre de paix

Exemple de maison à vendre sur la rue de la Provence . Photo: Site web

Terminant sur une bonne note, monsieur Mercier indique qu’il y aura un avant et un après-virus, il s’est même permis de philosopher sur le rôle d’une maison dans nos vies : « Mon optimiste actuel n’est pas le fruit du hasard, les dernières semaines nous ont obligés à vivre dans notre maison. Cet endroit s’est révélé plus que jamais l’endroit le plus sécuritaire et le plus apaisant de tous. Nous aurons donc le privilège d’accompagner les gens dans la transaction de ce bien si précieux et pour ce faire, je vous invite donc à contacter nos spécialistes dès maintenant».

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×