25.09.2020
Nouvelle de 18 h Lettre à mon amie la Terre

Lettre à mon amie la Terre

Célébré pour la première fois le 22 avril 1970 sous l’impulsion du sénateur du Wisconsin Gaylord Nelson qui encouragea les étudiants à se sensibiliser à l’environnement dans leurs communautés, le Jour de la Terre marque tous les ans l’anniversaire de la naissance du mouvement environnemental le plus important de la planète.

En ces temps particulièrement intenses, notre chroniqueur, Réjean Pigeon, nous propose une lettre ouverte.

Réjean Pigeon
Réjean Pigeon. (Photo crédit: Éditions Tullinois)

Lettre à mon amie la Terre

Salut vieille branche,

Une de nos connaissances communes m’a raconté que tu traînais depuis quelques années déjà une mystérieuse et pénible maladie. Pourtant, ce n’est sûrement pas le poids des années qui doit t’affecter, toi qui bourlingues ici et là dans l’univers depuis des centaines de siècles sans déranger rien ni personne.

Il est certain, par contre, que les plus intelligentes de tes créatures, celles que l’on appelle les hommes, t’ont particulièrement compliqué la vie ces derniers temps. Tout de même étrange, car tu as toujours su te montrer généreuse pour chacun des rejetons qui composent ton habitat. Et, dans ta grande clairvoyance, tu as tout prévu pour que règnent en ton sein l’ordre, l’harmonie et le bonheur.

L’ambition démesurée de plusieurs de tes fils, affamés de domination et de pouvoir, t’occasionne de violents traumatismes. Tu peines à respirer, ton souffle se fait haletant, habituée que tu es devenue à cracher ces espèces d’écumes noirâtres. Ton teint est blafard. Pire, tu fais de la température comme dirait mon père. Et ce qui t’achève, c’est lorsque les êtres intelligents se déchirent entre eux pour piller l’héritage que tu aimerais répartir équitablement. On peut donc comprendre tes soubresauts de colère lorsque tu essaies de leur faire entendre raison. Les épisodiques coups de semonce que tu éparpilles ici et là nous avertissent que tu as mal, beaucoup mal.

Une élève du préscolaire, Énorah qu’elle se nomme, m’a raconté qu’elle et ses amis avaient beaucoup de peine que tu souffres ainsi. Ils sont tristes, car ils voient régulièrement disparaître plusieurs espèces animales qu’ils chérissent. Je lui demande de garder espoir. Il y a plein d’humains qui s’affairent à tout mettre en œuvre pour te donner une nouvelle qualité de vie et te parer à nouveau de tes plus beaux atours. Tu as tellement fière allure quand tu es en santé. Et, surtout, tu mérites que l’on s’occupe de toi, car tu possèdes la sagesse nécessaire pour redistribuer tes richesses. Ensemble on peut réussir.

C’est le jour de ta fête, aujourd’hui. J’aimerais, pour cette occasion privilégiée, te faire un unique souhait. C’est que tous les humains cultivent une autre forme d’intelligence, celle qui vient du cœur et du bon sens. Paix donc à toi mon amie Terre, de la part de tous les hommes de bonne volonté et, je l’espère, de tous les autres.

Réjean Pigeon

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×