29.11.2020
Chroniques Vroum, vroum, vroum sur mon ti bicycle…

Vroum, vroum, vroum sur mon ti bicycle…

Ce sont les seuls mots que je me souvienne de la chanson popularisée par Tex Lecor. Mais qui dit bicycle, dit cycliste, dit piste cyclable. Il y a quelques semaines, on apprenait que la ville de Rimouski fermait la piste cyclable située sur la promenade de la Mer et qu’elle serait réservée à l’usage exclusif des piétons, question de créer une distanciation physique due à la pandémie qui sévit présentement.

Des bâtons dans les roues

L’Association Rimouski ville cyclable n’apprécia guère cette décision et a fait des représentations auprès des autorités concernées. La démarche s’avéra positive, car une semaine plus tard, le conseil municipal fit volte-face en autorisant l’accès aux cyclistes, mais à certaines conditions. Voici l’essentiel de la nouvelle mesure : « Les cyclistes pourront désormais emprunter la promenade de la Mer du lundi au vendredi, le matin jusqu’à 10 h et de 16 h à 18 h. Cette mesure est mise en place pour favoriser le déplacement actif et permettre aux gens qui vont travailler à vélo de le faire en toute sécurité. Les fins de semaine et les jours fériés, la promenade demeure réservée aux piétons seulement.»

Rimouski ville cyclable réagit

Cette nouvelle position ne plaît toujours pas aux représentants de Rimouski ville cyclable et le président de l’Association, M Dany April adresse une lettre d’opinion bien sentie. En voici un bref résumé : «…on ne peut en dire autant de la décision attendue pour compenser la fermeture de la promenade aux cyclistes étant donné qu’elle n’est pas adaptée aux besoins de la majorité des gens qui pratiquent cette activité. Les heures d’ouverture proposées ne peuvent répondre à la réalité de tous les horaires de travail. Elles ne sont pas adaptées à celles et ceux qui utilisent le vélo pour faire leurs emplettes tout comme une partie de la population qui veut profiter du vélo pour faire de l’exercice ou simplement prendre l’air en famille. Nous sommes sûrs que vous trouverez une solution convenable pour assurer les déplacements cyclistes d’est en ouest dans la partie nord de la ville à toutes heures de la journée.»

Mise en situation

Mais comment contrôler la circulation à vélo sur la promenade de la Mer? Prenons l’exemple suivant : je sors du marché d’alimentation IGA sur le boulevard Jessop, il est 17h50. J’enfourche ma bécane et j’emprunte la promenade de la Mer pour me rendre à ma résidence située dans le district Nazareth. Comme mon déplacement devrait prendre plus de dix minutes étant donné ma condition physique, est-ce à dire qu’un tapis clouté sera installé à la hauteur de la rue Rouleau pour faire «péter» les pneus de mon vélo? Les piétons présents sur l’allée piétonne auront-ils droit de me tirer des tomates à partir de 18h tapant? La mise en situation peut sembler exagérée, voire loufoque, mais la mesure mise en place l’est tout autant.

Les cyclistes…les mal-aimés!

Saviez-vous que faire du vélo peut devenir facilement une activité anxiogène? On prône le transport actif, on organise, à grands frais, des campagnes publicitaires pour promouvoir le partage de la route. Mais, tout compte fait, les cyclistes n’ont tout simplement pas la cote. Les débats entourant la mise en service de la piste cyclable sur la 2e Rue Est, près du Complexe sportif Desjardins, en est un bel exemple. Les commentaires négatifs abondaient sur les réseaux sociaux.

La saison estivale approche

Avec les belles journées qui s’en viennent, ils seront nombreux à mettre de l’air dans leurs pneus et partir en randonnée. Peut-on être plus cléments les uns envers les autres? C’est ce que je souhaite ardemment. Pour ce qui est de la décision de la Ville concernant l’utilisation de la piste cyclable sur la promenade de la Mer, peut-on demander encore plus de souplesse s’il vous plaît?

Michel Francoeur est un Rimouskois pure laine. Retraité du Mouvement Desjardins, il s’implique bénévolement, depuis plusieurs années, au sein de différents conseils d’administration de Fondations et dans plusieurs organismes oeuvrant dans la communauté. Son engagement : rendre Rimouski plus attractive pour ses citoyens et plus attrayante pour les touristes. Pour ce faire, il pose les vraies questions et il n’a surtout pas la «langue de bois»!

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×