25.09.2020
Actualités Faits divers Encore deux conducteurs arrêtés à 200 km/h

Encore deux conducteurs arrêtés à 200 km/h

La Sûreté du Québec confirme qu’elle arrêté deux autres individus pour des infractions de très haute vitesse, les troisième et quatrième depuis une semaine, dans l’Est du Québec.

Un a été arrêté à Rimouski la semaine dernière, un autre en Gaspésie du côté de la Baie-des-Chaleurs. Les deux derniers étaient dans la région de Matane, hier.

« Un peu avant 16 h hier, un policier de la Sûreté du Québec du poste MRC La Matanie lors d’une opération de contrôle de la vitesse sur la route 132 à Baie-des-Sables, a procédé à l’interception de deux véhicules circulant en grand excès de vitesse (GEV). Les deux véhicules se suivaient sur une certaine distance lorsqu’ils ont été captés à plus de 200km/h chacun », explique l’agent d’information de la SQ, Claude Doiron.

Dans un premier temps, on parle d’un véhicule conduit par une personne d’âge mineur de Matane. Ce dernier a reçu un constat d’infraction de 957 $ incluant les frais en plus de voir inscrire 24 points d’inaptitude à son dossier de permis de conduire.

Permis suspendus

Pour le second véhicule, le conducteur âgé de 19 ans, de Matane également, a reçu un constat d’infraction de 2058 $, incluant les frais, en plus de 24 points d’inaptitude inscrits à son dossier de permis de conduire.

Les permis de conduire des deux conducteurs ont d’ailleurs été suspendus sur le champ, pour une période de sept jours, dans les deux cas. Ce sont des passagers étant déjà à bord de chacun des véhicules et en possession d’un permis de conduire valide qui ont pris le volant afin de repartir.

« La différence entre les deux amendes s’explique par le fait que pour une personne d’âge mineur, le montant des amendes est différent au code de la sécurité routière et aussi par le fait que dans le cas présent, les vitesses enregistrées étaient légèrement différentes, bien qu’au-dessus de 200km/h. Notez que le nombre de points d’inaptitude est le même pour les personnes mineures ou majeures », conclut le sergent Doiron.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×