19.09.2020
Nouvelle de 18 h L’ex-Océanic Alex Belzile croit toujours à la LNH

L’ex-Océanic Alex Belzile croit toujours à la LNH

À 28 ans, l’ex-attaquant de l’Océanic, Alex Belzile, croit toujours en ses chances d’évoluer dans la LNH, surtout qu’il a signé un nouveau contrat d’un an avec l’organisation du Canadien de Montréal.

Le natif de Saint-Éloi, dans la MRC des Basques, est un bel exemple de persévérance pour les jeunes joueurs de hockey. « Je n’ai jamais abandonné, et cela a commencé tout jeune quand je n’ai pas fait l’équipe midget AAA à Rivière-du-Loup. J’ai continué de travailler », mentionne celui qui a fait son entrée dans la LHJMQ à 18 ans avec l’Océanic de Rimouski. Il est aussi la preuve que ce n’est pas parce qu’un joueur n’est pas repêché par une équipe de la LNH qu’il doit mettre une croix sur une carrière professionnelle, et même la LNH.

Après une campagne de 92 points comme joueur de 20 ans avec l’Océanic en 2011-2012, Belzile a fait le saut chez les professionnels. Entre 2012-2013 et 2016-2017, il a joué pour cinq équipes dans la Ligue de la Côte Est (Gwinnett, Alaska, Idaho, Fort Wayne et Colorado) et deux formations dans la Ligue américaine (Hamilton et San Antonio).

« Plusieurs auraient abandonné le rêve de la LNH et seraient partis en Europe, mais j’ai toujours cru que j’atteindrais la LNH. Je sentais que je m’améliorais chaque année. Je pense qu’un joueur atteint son apogée entre 25 et 32 ans. L’expérience permet de continuer de s’améliorer », indique Alex.

La confiance du Rocket

Belzile s’est joint au Rocket de Laval au début de la saison 2018-2019. Il a tout de suite bénéficié de la confiance de son entraîneur-chef, Joël Bouchard. Il a terminé au premier rang des pointeurs de l’équipe avec 54 points. Il a participé au match des étoiles de la Ligue américaine.

Alex a fait bonne impression au camp du Canadien l’automne dernier. « J’ai prouvé que je suis capable de jouer dans la LNH. Ma blessure (qui a mis fin à sa saison le 4 décembre 2019) est arrivée à un mauvais moment, mais il y a quand même beaucoup de positif. J’étais un des meilleurs joueurs du Rocket. J’ai toujours la passion du hockey et je suis loin d’abandonner. Tous les chemins mènent à Rome. Tant mieux si je peux servir de modèle aux jeunes. Je n’ai jamais arrêté d’y croire », mentionne-t-il.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×