01.10.2020
Général La relance économique passe par l’économie verte

La relance économique passe par l’économie verte

Alors que le gouvernement du Québec s’affaire à orchestrer une relance économique à la suite de la crise de la COVID-19, Réseau Environnement réitère que cette dernière passe de manière incontournable par la prise d’un virage vert.  
 
« Les temps inédits que traversent le Québec et la planète entière ont mis sur pause une grande frange de l’économie mondiale. Au moment de la reprise, il est fondamental que les projets permettant la relance intègrent les meilleures pratiques en matière environnementale », souligne Me Christiane Pelchat, présidente-directrice générale de Réseau Environnement. 
 
L’économie verte, tout en étant un véhicule de développement durable incomparable, est une économie qui se traduit par une amélioration de l’équité et du bien-être social de l’humain, tout en réduisant sensiblement les risques environnementaux et les pénuries écologiques.

Cinq grands chantiers
 
« Et en plus, ajoute Me Pelchat, plusieurs études tendent à prouver qu’une meilleure performance environnementale est des plus rentable. C’est pourquoi tous les membres de Réseau Environnement s’allient pour proposer un cadre économique ambitieux pour relancer et renforcer l’économie québécoise qui tourne autour de cinq grands chantiers :

  1. Protéger notre ressource la plus chère : l’eau;
  2. Circulariser l’utilisation de la matière;
  3. Construire une économie sobre en carbone;
  4. Léguer des terres saines aux générations futures;
  5. Protéger la biodiversité ».  

 
En comparant les résultats des mesures de relance mises en place à la suite de la crise financière de 2008, une équipe de l’Université d’Oxford a conclu dans une récente étude que les mesures de relance économique « vertes » créaient davantage d’emplois et rapportaient plus que les mesures de relance « traditionnelles ». 
 
« Pour Réseau Environnement, il est donc primordial que les mesures de relance du Québec contribuent au développement durable des grandes villes comme des régions. Il est également important que cette période de reprise amène un changement de pratiques au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, à qui nous devrions fournir plus de ressources pour réduire les délais administratifs. Nous offrons notre entière collaboration au gouvernement qui pourra compter sur notre expertise et celle de nos membres, en plus de s’inspirer de notre proposition rendue publique aujourd’hui pour orienter ses actions vers l’atteinte d’une économie verte et rentable pour le Québec et ses régions», de conclure la présidente-directrice générale de Réseau Environnement.  

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×