20.09.2020
Actualités Environnement L’état du lac du Gros-Ruisseau de plus en plus critique

L’état du lac du Gros-Ruisseau de plus en plus critique

Les municipalités de Mont-Joli et de Saint-Joseph-de-Lepage demandent aux riverains et aux visiteurs l’arrêt de toute activité de navigation motorisée et non motorisée sur le lac du Gros-Ruisseau dont l’état est de plus en plus critique.

Le lac du Gros-Ruisseau, dont le territoire est partagé entre les deux municipalités, est colonisé depuis quelques années par le myriophylle à épis, une plante aquatique envahissante originaire d’Eurasie. Cette plante se caractérise par sa capacité de reproduction spectaculaire. Elle forme des tapis flottants denses qui compromettent la biodiversité du lac, tant en ce qui concerne la flore que la faune. De plus, ces grands herbiers nuisent à la qualité des plans ainsi qu’aux activités récréotouristiques.

La navigation favorise la propagation

Au cours des dernières années, des bouées ont été installées sur le lac. (Photo Ville de Mont-Joli)

C’est pourquoi les municipalités demandent de concert l’arrêt des motomarines, les embarcations à moteur, les kayaks, les planches à pagaie, les bateaux à pagaie, le ski nautique et les pédalos sur le lac. « La navigation motorisée ou non motorisée est le principal vecteur de propagation du myriophylle à épis. Au vu des dommages écologiques et économiques engendrés par cette plante, il y a urgence d’agir. Sinon, nous risquons de perdre le lac dans un avenir plus ou moins éloigné », commente le maire de la Ville de Mont-Joli, Martin Soucy.

« La dégradation du lac du Gros-Ruisseau entraînera une baisse notable de la valeur foncière des propriétés riveraines en plus de constituer une perte inestimable au plan environnemental. On ne peut assister à ce désastre sans rien faire », ajoute la maire de Saint-Joseph-de-Lepage, Magella Roussel.

Le myriophylle à épis, une plante aquatique envahissante originaire d’Eurasie. (Photo courtoisie Ville de Mont-Joli)

Prise de position saluée

Le président de l’Association des résidents et résidentes du lac du Gros-Ruisseau, Gilles Gaudreault, salue la prise de position des élus de Mont-Joli et de Saint-Joseph-de-Lepage. « Depuis quelques années, nous posons différentes actions pour limiter la propagation. Cette année, par exemple, nous avons identifié les zones très critiques par l’installation de bouées, mais nous devons aller plus loin. La décision de Mont-Joli et de Saint-Joseph-de-Lepage va dans le sens de nos attentes », indique-t-il.

Des résolutions

Le conseil municipal de Saint-Joseph-de-Lepage a adopté à l’unanimité une résolution pour demander la fin des activités nautiques sur le lac jusqu’à nouvel ordre. Le conseil municipal de la Ville de Mont-Joli en fera autant lors de sa prochaine séance ordinaire, le 17 août. Par cette résolution, les élus demandent également au ministère fédéral des Transports, qui a juridiction sur les plans d’eau, de légiférer afin d’interdire la navigation sur les lacs envahis par le myriophylle à épis et autres espèces envahissantes.

« Nous faisons appel à la collaboration et à la compréhension des riverains pour que le lac retrouve sa santé d’antan. Nous sommes conscients que l’effort demandé est grand, mais le risque est encore plus grand si nous ne faisons rien » conclut le maire de la Ville de Mont-Joli.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×