20.09.2020
COVID-19 Un vaccin chinois et un vaccin anglais en compétition

Un vaccin chinois et un vaccin anglais en compétition

Deux concepts s’affrontent

La revue médicale britannique The Lancet a publié récemment deux articles exposant les résultats des essais cliniques portant sur deux vaccins anti-COVID-19.

Provenant de la Chine et du Royaume-Uni, respectivement, les deux « vedettes » sur la piste du vaccin à vecteur adénoviral (NDLR: relatif à l’adénovirus, une famille de virus) sont en compétition directe l’un avec l’autre.

Ad5-nCoV est le premier vaccin anti-COVID-19 au monde à entrer en essai clinique de phase II. Sa caractéristique la plus importante réside dans le fait que les participants qualifiés, âgés de plus de 60 ans, constituent 13 % de la cohorte totale de 508 participants.

« Du point de vue de la conception des essais, les deux essais partagent le même mécanisme, à savoir l’induction de réponses immunitaires humorales et cellulaires équilibrées. Il y a aussi des différences. Nous espérons qu’une dose unique pourra être efficace en cette période de pandémie, alors que l’équipe d’Oxford poursuit en plus des tests d’immunisation « à deux doses », assure le président de CanSinoBIO (CanSinoBIO), Yu Xuefeng.

Deux doses

Selon les informations diffusées sur le site Web de l’Université d’Oxford, le professeur Andrew Pollard, chef du groupe Oxford Vaccine, a déclaré : « Nous avons observé la plus forte réponse immunitaire chez les 10 participants qui ont reçu deux doses du vaccin, ce qui indique que cela pourrait constituer une bonne stratégie d’immunisation. »

Yu est d’un avis différent, estimant que le « schéma le plus rapide serait une injection à dose unique », dans le contexte de la pandémie actuelle. Le résultat de l’essai clinique de phase II du vaccin chinois a montré que 95 % des participants du groupe à forte dose et 91 % du groupe à faible dose ont manifesté des réponses immunitaires cellulaires ou humorales au 28e jour après la vaccination.

« Cela signifie que non seulement le vaccin à dose unique prend effet rapidement, mais qu’il a également le potentiel d’être efficace comme vaccin », a souligné Yu.

Efficace pour les aînés

Fait notable, les participants âgés affichent une plus grande tolérance au vaccin alors que leur niveau de réponse immunitaire est aussi plus faible. Une fois atteintes du virus, les personnes âgées s’exposent à des risques élevés de maladies graves, voire de décès, et constituent donc une population cible importante pour le vaccin anti-COVID-19.

Et comme l’a souligné Yu, une dose supplémentaire permet d’intensifier efficacement la réponse immunitaire, l’effet d’une vaccination bi-dose ayant été démontré lors des essais cliniques du vaccin contre le virus Ébola que CanSinoBIO a mis au point avec la même technologie. Pour les essais cliniques à venir, il sera possible d’explorer la manière d’obtenir une meilleure protection des personnes âgées.

Effets indésirables contenus

Hormis leur efficacité, qu’en est-il de l’innocuité des deux vaccins? Actuellement, les deux vaccins sont presque aussi sûrs l’un que l’autre, sous l’angle de « l’évaluation de leur innocuité » dont les médias font état.

Dans leur rapport sur les essais randomisés de phase 1/2 portant sur une injection administrée à des chimpanzés, injection du vaccin anti-COVID-19 à adénovirus, Andrew Pollard et ses collègues ont constaté que des effets indésirables locaux et systémiques, tels que la fatigue, les maux de tête et la sensibilité locale étaient courants sous le régime du vaccin anti-COVID-19, mais qu’ils étaient tolérables et que ces effets étaient principalement atténués par le paracétamol.

Aucun événement indésirable grave n’est survenu.

De leur côté, faisant état des résultats d’un essai randomisé de phase 2 portant sur un schéma d’immunisation à dose unique du vaccin anti-COVID-19 à vecteur Ad5, les chercheurs chinois ont observé que la plupart des réactions au site d’injection et systémiques sollicitées chez les participants en Chine étaient légères ou modérées. Les effets indésirables survenus lors de cette étude sont la fièvre, la fatigue, les maux de tête et la douleur au site d’injection.

 « Ce sont là de bonnes nouvelles », a déclaré le Dr Mike Ryan, directeur exécutif du programme d’urgence de l’OMS, lors d’une conférence de presse au siège de l’organisation à Genève, peu après la publication des données dans The Lancet

« En générant des réponses de lymphocytes T et en produisant des anticorps neutralisants, tout cela constitue un résultat positif. Mais là encore, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Nous devons maintenant passer à des essais à plus grande échelle dans le monde réel », a-t-il ajouté.

(Selon Science and Technology Daily)

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×