26.10.2020
COVID-19 Phase finale des essais cliniques pour un vaccin contre la COVID-19 en...

Phase finale des essais cliniques pour un vaccin contre la COVID-19 en Californie

Après la Chine et le Royaume-Uni, voilà que la société de biotechnologie américaine Moderna, située en Californie, a amorcé lundi la phase finale de ses essais cliniques pour un vaccin contre la COVID-19.

Cette dernière phase vise à tester l’efficacité du vaccin dans des conditions réelles. Elle devrait se poursuivre jusqu’en octobre 2022.

La phase 3 de l’essai fait appel à 30 000 personnes aux États-Unis, dont la moitié recevront une dose de 100 microgrammes et l’autre moitié un placébo.

Les chercheurs les suivront ensuite pendant deux ans pour savoir si ces personnes sont protégées contre l’infection ou si le vaccin peut amoindrir les symptômes des gens infectés.

Cette annonce place Moderna dans le peloton de tête de la course mondiale pour un vaccin contre la maladie, qui a infecté plus de 13 millions de personnes dans le monde et fait plus de 570 000 morts.

Chine et Royaume-Uni

La revue médicale britannique The Lancet a publié récemment deux articles exposant les résultats des essais cliniques portant sur deux vaccins anti-COVID-19.

Ad5-nCoV est le premier vaccin anti-COVID-19 au monde à entrer en essai clinique de phase II. Sa caractéristique la plus importante réside dans le fait que les participants qualifiés, âgés de plus de 60 ans, constituent 13 % de la cohorte totale de 508 participants.

« Du point de vue de la conception des essais, les deux essais partagent le même mécanisme, à savoir l’induction de réponses immunitaires humorales et cellulaires équilibrées. Il y a aussi des différences. Nous espérons qu’une dose unique pourra être efficace en cette période de pandémie, alors que l’équipe d’Oxford poursuit en plus des tests d’immunisation « à deux doses », assure le président de CanSinoBIO (CanSinoBIO), Yu Xuefeng.

Deux doses

Selon les informations diffusées sur le site Web de l’Université d’Oxford, le professeur Andrew Pollard, chef du groupe Oxford Vaccine, a déclaré : « Nous avons observé la plus forte réponse immunitaire chez les 10 participants qui ont reçu deux doses du vaccin, ce qui indique que cela pourrait constituer une bonne stratégie d’immunisation. »

Yu est d’un avis différent, estimant que le « schéma le plus rapide serait une injection à dose unique », dans le contexte de la pandémie actuelle. Le résultat de l’essai clinique de phase II du vaccin chinois a montré que 95 % des participants du groupe à forte dose et 91 % du groupe à faible dose ont manifesté des réponses immunitaires cellulaires ou humorales au 28e jour après la vaccination.

« Cela signifie que non seulement le vaccin à dose unique prend effet rapidement, mais qu’il a également le potentiel d’être efficace comme vaccin », a souligné Yu.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×