11.08.2020
Chroniques Ainés engagés Valeurs ajoutées à leurs années

Valeurs ajoutées à leurs années

Andrée Lachapelle, Nelson Mandela, Teresa de Calcula, Arturo Toscanini… Ces noms ne vous sont point inconnus et éveillent un certain souvenir à votre esprit. Quoiqu’issus de sphères différentes de l’activité humaine, un trait commun les relie. Celui d’avoir défié les aléas du temps qui passe et mis jusqu’à un âge vénérable leurs talents au profit de la société qui les entoure.

Lumineux parcours de vie

La première a ému aux larmes les cinéphiles par sa magistrale interprétation de Marie-Desneige dans le film Il pleuvait des oiseaux, couronnant ainsi une carrière s’échelonnant sur sept décennies. L’artiste devait décéder quelques mois plus tard, âgée de 87 ans. Nous connaissons tous l’histoire du second qui, après un emprisonnement de 27 années pour son opposition à la ségrégation raciale régnant dans son pays, devint à l’âge de 76 ans président de la République d’Afrique du Sud. Quant à Mère Teresa, son rôle auprès des miséreux vivant en Inde jusqu’à son décès à 87 ans est bien documenté. Arturo Toscanini, lui, dirigea l’orchestre de la NBC aux États-Unis bien au-delà des 80 ans.

Notre région n’est pas en reste

De semblables phénomènes ne laissant au temps aucune emprise existent ici même, dans notre région. Les exemples pullulent et tous, nous connaissons dans notre entourage des personnages hors norme qui s’investissent pour ajouter à la qualité de vie du milieu.

Quelques noms ? Sœur Pauline Charron qui, à 88 ans bien sonnés et après avoir formé nombre de sommités en musique, dispense toujours son enseignement, s’inquiétant surtout, ces temps-ci, de la date de la reprise de ses formations interrompues par la pandémie. Robert Gagnon, dont les implications dans les multiples organisations qu’il chapeaute ne se comptent plus. Suzanne Tremblay, longtemps députée du comté sur la scène fédérale et qui intervient toujours dans de nombreuses causes sociales.

Anselme Gagné, qui ne ménageait pas son temps pour la Fondation du Centre jeunesse et pour les Petits Frères. Gilbert Dupuis et Daniel Bénéteau, présidents de Coup de main à domicile et de l’Association du cancer de l’Est du Québec, respectivement. Rita Marquis qui s’investit dans son populaire tournoi de golf, Formule Rita, en plus d’être membre active du Club Lions. Richard Rancourt, Marcel Lebel et Gilbert Rivard, dont l’action auprès des aînés ne se dément pas.

Qu’on songe aussi au couple Brigitte Roy et Richard Lord, jamais bien loin quand on a besoin d’eux pour des projets d’envergure. À Georgette Renaud et Daniel Projean, de la Porte ouverte sur les mots, lieu de motivation à l’écriture et à l’oralité. À Michel Rousseau, à l’origine de Rimouski Ville cyclable et toujours impliqué dans le milieu. À Michel Francoeur, amoureux du baseball, qui dirige les destinées du Shaker dans la Ligue sénior Puribec. À l’infatigable Ginette Lemieux, de Sayabec, l’âme du Salon des mots de la Matapédia. À Fidèle Tremblay, de Transport Fidèle Tremblay de Sainte-Luce qui, à 80 ans dépassé, ne rechigne devant aucune tâche, y compris la conduite de ses poids lourds…

Ils évoluent dans l’ombre

Certains préfèrent l’anonymat pour exercer leur action, loin des projecteurs. Quel meilleur exemple que Nicole Cayouette que l’on retrouve à Héma-Québec, à la Maison Marie-Élisabeth, au Relais pour la vie, au Salon du livre et quoi, encore ? Ou que Jacques Gendron du complexe restaurant Haute-Ville, Bar-Salon Ti-Québec, dont le soutien à des causes humanitaires s’effectue toujours dans un grand esprit de solidarité et de discrétion. Ou, encore, Raymond Hupé qui s’occupe de groupes au hockey depuis fort longtemps tout en continuant lui-même de jouer… à 81 ans. À Gilles Dubé, que l’on retrouve au terrain de baseball ou dans les arénas de la région, entre autres. Que dire, enfin, de l’unique Robert « Bob » Auclair, véritable phénomène qui ne rate jamais une journée d’entraînement au Club santé 2000… à presque 88 ans, distribuant au passage les salutations à tous.

On comprendra que cette énumération est bien sommaire et ne s’appuie sur aucun fondement autre qu’un court exercice de mémoire et de recherche. N’y voyons surtout pas une rigoureuse sélection à tendance élitique. Un simple remue-méninges de quelques minutes permettrait d’ailleurs à chacun de se constituer une liste tout aussi valable de personnes pour qui l’âge ne représente point un obstacle. Pourquoi ne pas essayer ?

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×