26.10.2020
Actualités Politique La psychothérapie couverte par l’assurance maladie ?

La psychothérapie couverte par l’assurance maladie ?

Les Jeunes libéraux profiteront de leur congrès qui se tiendra virtuellement ce mercredi 12 août pour proposer que les Québécois puissent consulter des spécialistes de la psychothérapie du réseau privé sans frais en présentant leur carte d’assurance maladie.

Ainsi, les Québécois ne bénéficiant pas d’une couverture d’assurance privée pourraient dorénavant consulter et bénéficier de ces services qualifiés d’essentiels en 2020, et ce, en quelques jours et sans débourser. 
« Ce qui est médicalement requis doit être assuré. Ce qui n’est pas assuré n’est pas accessible. La santé mentale est tout aussi essentielle que la santé physique. Il est primordial d’avoir accès à des soins gratuitement. Il est inacceptable que des Québécoises et Québécois aient à choisir entre payer leur loyer ou leur santé mentale », affirme le président des Jeunes libéraux, Mark Dewar. 
Propositions novatrices

Les Jeunes libéraux discuteront lors du 38e Congrès-Jeunes, qui se tient virtuellement, le 12 août, de propositions novatrices pour la relance du Québec à la suite de la pandémie de la COVID-19 et les multiples bouleversements qu’elle engendre.

Un revenu minimum garanti
Une ambitieuse résolution qui assurerait à tous les Québécois un revenu équivalent à la mesure du panier de consommation permettant de combler les besoins de bases sera présentée lors du Congrès. Cette mesure favorise le retour aux études pour les personnes voulant améliorer leur situation professionnelle et permet aux personnes subissant de la violence de quitter une situation dangereuse sans la crainte de ne pas pouvoir subvenir à leurs besoins élémentaires. 

« Nos filets sociaux actuels sont stigmatisants et inefficaces. Notre proposition de revenu minimum garanti permettra à tous de vivre dignement et de favoriser l’épanouissement de chacun en versant aux personnes démunies la somme mensuelle nécessaire pour subvenir décemment à leurs besoins. », ajoute Mark Dewar. 

Participer autrement

« À partir du moment où la crise de la COVID-19 nous a frappés, il est devenu évident que nous devions repenser notre Congrès-Jeunes. La formule numérique offre la possibilité de participer autrement. Notre thématique a aussi été modifiée dans le but d’aborder les problématiques que les Québécois et Québécoises ont affrontées au cours des derniers mois. », confirme la présidente du 38e Congrès-Jeunes, Alexandra Davidson-Parent.
 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×