31.10.2020
Actualités Économie L’opposition libérale réclame un rendez-vous national sur la main d’oeuvre

L’opposition libérale réclame un rendez-vous national sur la main d’oeuvre

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de Travail, Monsef Derraji, estime que l’on assiste à de l’improvisation de la part du ministre Jean Boulet quant au destin des travailleurs et que c’est inacceptable.

C’est pourquoi il réclame la tenue d’un rendez-vous national sur la main d’oeuvre. « C’est maintenant que nos petites et moyennes entreprises (PME) ont besoin d’aide. Le ministre doit absolument lancer un nouveau rendez-vous national sur la main-d’œuvre pour les 436 000 chômeurs au Québec. Ce nombre inclut 250 000 personnes sans emploi depuis le début de la crise sanitaire et de ce nombre, 25 000 ont fait partie d’un licenciement collectif. C’est 246% d’augmentation de licenciement dans la première vague de la crise ! C’est inacceptable et le ministre doit agir en prévention, et ce, sans délais », déclare-t-il.

Délais inquiétants à la CNESST

De plus, le porte-parole libéral signale que la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a plus de 14 000 dossiers en attente actuellement, ce qui est loin d’être rassurant. Pourtant, la Commission a pris l’engagement de répondre dans des délais de 15 jours. « À l’intérieur même de la CNESST, il y a de la pénurie de main-d’œuvre. La présidente nous l’a confirmé. Le ministre du Travail doit agir dès maintenant pour résorber la situation. Les travailleuses et travailleurs sans emploi sont inquiets, avec raison, et le devoir du gouvernement est de les rassurer. Je m’attends à un plan concret pour prévenir les pertes d’emploi dans le cas d’une 2e vague », commente-t-il.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×