28.10.2020
Nouvelle de 19 h Faire du Bas-Saint-Laurent une référence dans le développement de l’acériculture

Faire du Bas-Saint-Laurent une référence dans le développement de l’acériculture

Le gouvernement du Québec confirme la signature d’une entente triennale pour la mise en œuvre, dans le cadre de la démarche ACCORD, d’un nouveau créneau d’excellence en acériculture dans le Bas-Saint-Laurent.

L’objectif de la démarche lancée ce lundi matin à Biencourt, au Témiscouata, est de faire de la région une référence en matière d’innovation et de développement de l’acériculture au Québec.

« S’il y a un secteur qui fait notre fierté dans la région et au Québec, c’est bien celui de l’acériculture. Il était donc tout naturel qu’un créneau d’excellence en la matière voie le jour au Bas-Saint-Laurent. La démarche ACCORD est une avenue prometteuse pour exploiter le plein potentiel économique de ce secteur et pour accroître sa compétitivité et celle de notre région. J’appelle tous les acteurs acéricoles du Québec à suivre les activités de ce créneau et à se joindre aux initiatives porteuses qu’il mettra en place au cours des prochaines années, ici, à Biencourt », déclare le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Denis Tardif.

La député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Denis Tardif. (Photo Alexandre D’Astous – Journal Le Soir)

Plan d’action sur trois ans

Le plan d’action du nouveau créneau d’excellence pour la période 2020-2023 s’articule autour de l’innovation, des ressources humaines, de l’exportation, du développement durable et de la communication. Chacun de ces axes stratégiques est en lien avec les enjeux du secteur québécois de l’acériculture, notamment la mise au point de nouveaux produits et de technologies innovantes.

« Il n’y a rien de plus québécois que le sirop d’érable. La culture et l’exploitation de l’érable à sucre sont au cœur des activités économiques du Bas-Saint-Laurent. Ce sont 546 producteurs acéricoles qui sont présents dans la région. La mise en place d’un créneau d’excellence permettra de mobiliser les transformateurs, les équipementiers, les établissements d’enseignement et les chercheurs. Nous pourrons ainsi innover dans ce secteur prometteur pour l’économie de la région et du Québec. C’est grâce à ce genre d’initiative que notre économie deviendra plus prospère en valorisant et en propulsant une des forces du Bas-Saint-Laurent, l’acériculture », commente la ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Marie-Eve Proulx.

Avancées technologiques

« Avec l’appui de la ministre Proulx, le créneau devrait permettre diverses avancées technologiques, que l’on pense aux équipements de production, au développement des saveurs, à l’utilisation du sirop d’érable dans de nouveaux produits ou encore à la mise en place d’une production acéricole de type carboneutre. Le créneau sera un bel outil de concertation pour un développement soutenu de l’ensemble de la filière acéricole au Québec », souligne le président du Club d’encadrement technique en acériculture de l’Est.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×