27.10.2020
Nouvelle de 17 h Un événement marquant qui s’est déroulé sur une décennie

Un événement marquant qui s’est déroulé sur une décennie

Le journal le soir souligne son premier anniversaire et les 50 ans de la crise d’Octobre avec une série d’articles et de chroniques à ce sujet.

Commençons par le début avec une chronologie des événements, tel que rapporté par le site éducatif Allô Prof, une source qui se veut très objective dans son compte-rendu des événements à des fins éducatives, dans son volet consacré à l’histoire.

« Avec la Révolution tranquille, la place du Québec dans le Canada est remise en question », lit-on en introduction.

« Certains groupes nationalistes jugent que la province est trop différente du reste du pays, surtout sur les plans culturel et idéologique. Cela mène à des discussions sur la Constitution du Canada. Certains groupes prônent l’unité canadienne, alors que d’autres vont mettre de l’avant des idées d’indépendance pour la province », explique-t-on.

La violence

« Parmi ces groupes nationalistes, certains font davantage parler d’eux. Si certains prônent des actions plus pacifistes, d’autres décident d’utiliser la violence pour faire valoir leur opinion. C’est le cas d’une grande partie des membres du Front de libération du Québec (FLQ) », rappelle Allô Prof.

« Les membres de ce groupe, surnommés les felquistes, ont entre autres pour objectif de dénoncer la domination anglophone dans la province de Québec. Il promeut également l’indépendance du Québec. Certains individus plus extrémistes du FLQ sont derrière les événements à l’origine de la crise d’Octobre de 1970. Ceux-ci utilisent d’ailleurs des actes terroristes afin de faire valoir leur opinion », précise aussi le site éducatif. Ci-dessous, on retrouvera le résumé des événements significatifs retenus par Allô Prof dans sa présentation.

Principales dates

En 1963, le FLQ commence à poser des bombes à différents endroits au Québec. Son objectif est de dénoncer les opposants à l’indépendance québécoise. Les attentats à la bombe, qui durent jusqu’en 1966, visent les édifices qui représentent des institutions qui briment les Québécois selon le FLQ. Par exemple, la poste est visée puisqu’elle est un symbole de la Couronne britannique. Ils visent également les quartiers bourgeois anglophones tels que Westmount.​

En avril 1963, un gardien de sécurité meurt après une explosion provoquée par le FLQ dans un bâtiment de l’Armée canadienne. À la suite de cet événement, 23 membres du groupe sont arrêtés. Afin de riposter à ces arrestations et de poursuivre ses actions violentes, le FLQ se réorganise et ajoute de nouvelles divisions.

Deux groupes armés s’ajoutent à l’organisation : l’Armée de libération du Québec (1963) et l’Armée révolutionnaire du Québec (1964). Ces deux groupes fournissent les armes et l’argent (souvent obtenus grâce à des vols à main armée) au FLQ. Les affrontements sont de plus en plus nombreux et importants entre le groupe révolutionnaire et la police.

Le FLQ se radicalise en 1966 et entretient des liens plus serrés avec des révolutionnaires américains. Des tensions divisent le FLQ par rapport aux moyens à prendre et aux actions à poser. Certains valorisent une réorganisation du groupe et l’élaboration de nouvelles stratégies alors que d’autres prônent l’action et l’enlèvement de représentants politiques.

Le 5 octobre 1970, la cellule Libération du FLQ enlève le diplomate britannique James Richard Cross. En échange de sa libération, le FLQ exige plusieurs éléments, dont la libération des 23 membres du FLQ arrêtés lors de la mort du gardien en 1963, leur exil payé vers Cuba ou l’Algérie et une rançon 500 000 $. Les ravisseurs n’obtiendront pas ce qu’ils réclament, mais en échange du retour sain et sauf du diplomate, ils obtiennent un sauf-conduit vers Cuba afin d’échapper à la justice.

Le 8 octobre 1970, le FLQ fait une lecture de son manifeste sur l’indépendance du Québec.

Le 10 octobre 1970, la cellule Chénier enlève Pierre Laporte (ministre du Travail et de l’Immigration du Québec). C’est le début de la crise d’Octobre.


Le 15 octobre 1970, la police tente de faire régner l’ordre. Le gouvernement fédéral de Pierre Eliott Trudeau met en place la Loi sur les mesures de guerre le 16 octobre 1970 à la demande de Robert Bourassa. En ayant recours à cette loi, les autorités arrêtent 500 personnes (artistes, nationalistes, syndicalistes, intellectuels) sans mandat. Les troupes armées sont mobilisées dans certaines villes afin de calmer les protestations. Cette loi demeure en vigueur jusqu’en avril 1971.
 

La Loi sur les mesures de guerre donne au gouvernement fédéral le droit de limiter les libertés civiles de la population. L’armée et la police ont les pleins pouvoirs. Elles peuvent effectuer des arrestations et incarcérer les gens sans procès ni accusations. Également, les médias sont censurés afin de limiter les communications et les émeutes. Cette loi a été utilisée à quelques occasions dans l’histoire du Canada (lors des deux guerres mondiales et lors de la Crise d’octobre). Aujourd’hui, elle est remplacée par la Loi sur les mesures d’urgence.

Le 17 octobre 1970, Pierre Laporte décède alors qu’il est toujours prisonnier du FLQ. Les circonstances entourant sa mort sont floues. Le FLQ se défend en disant qu’il s’agit d’une mort accidentelle, mais ses opposants en doutent. La nouvelle du décès du ministre déçoit les partisans du FLQ et l’appui pour le groupe révolutionnaire chute drastiquement. La répression de l’armée et de la police met fin à la crise d’Octobre.

Le 3 décembre 1970, James Richard Cross est libéré.

Le 28 décembre 1970, Paul Rose, un membre du FLQ, est arrêté en lien avec la mort de Pierre Laporte.

Le FLQ demeure actif jusqu’en 1972, mais ne reçoit plus d’appuis de la population. Après quelques années, le FLQ disparaît graduellement jusqu’à son éventuelle dissolution. L’appui au mouvement séparatiste ne cesse pas pour autant, mais des voies pacifiques et démocratiques sont dorénavant privilégiées par ceux qui souhaitent voir le Québec devenir un pays.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×