Actualités Société Cathédrale ou Ateliers Saint-Louis : même procédé !

Cathédrale ou Ateliers Saint-Louis : même procédé !

Un auteur, amateur d’histoire et de patrimoine, Gilles LeChasseur, profite du sixième anniversaire de la fermeture de la cathédrale pour cause de décrépitude, le 28 novembre dernier, pour déplorer ce qu’il considère être du laxisme de la part des autorités municipales et religieuses.

« Ateliers Saint-Louis ou cathédrale de Rimouski, c’est le même procédé! La cathédrale est fermée depuis six ans, mais voilà plus de 14 ans que la vieille Académie (ou école) Sacré-Cœur devenue les Ateliers Saint-Louis est fermée. Ce monument du patrimoine bâti est abandonné par la Ville qui en est théoriquement propriétaire. Cette propriété appartient à tous les citoyens qui l’ont payée, via les taxes scolaires et municipales. La Ville, qui a l’obligation entre autres de bien entretenir ses bâtiments, a failli à sa tâche tout comme l’Évêché pour la cathédrale », avance-t-il.



« C’est vraiment déplorable de voir dans quel état l’administration municipale, insouciante et irrespectueuse de ce bien commun, le maintient. Tout comme la cathédrale, fermée depuis six ans sans raison valable, qu’on a recouverte de filets inutiles ayant coûté environ 60 000 $, la vieille école s’est vue défigurée par l’enlèvement des appuis fenêtres, pour des motifs inconnus, et d’autres bris causés par son état d’abandon et de non-entretien », ajoute monsieur LeChasseur.

La cathédrale de Rimouski. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Chassé)

Manque de respect


« Ces deux bâtisses sont les victimes de l’insouciance et de l’irrespect du patrimoine. L’image de désolation que ces fleurons patrimoniaux offrent aux passants peut être le résultat d’un procédé intentionnel militant en faveur de leur disparition aux profits d’intérêts mercantiles. Il faut déplorer le silence et l’inaction de la Société rimouskoise du patrimoine. Avant d’étaler sur les voies piétonnières des tableaux rappelant la disparition de monuments, par le feu ou autre élément destructeur, elle devrait centrer ses énergies sur la conservation des monuments restants. L’inaction du gouvernement pour la sauvegarde patrimoniale est tout aussi déplorable », déclare Gilles LeChasseur.

« Heureusement pour la cathédrale, il y a les marguilliers actuels et le Regroupement diocésain pour la sauvegarde de la cathédrale qui ne lâchent pas prise.  Pour les Ateliers Saint-Louis, Charles Ruest, étudiant au Cégep, fait un travail merveilleux pour sauver la bâtisse. Il nous fait espérer un avenir immédiat meilleur pour le patrimoine. J’espère ardemment que la Ville répondra positivement à sa proposition, tout comme devrait enfin le faire l’Évêché face à la proposition du Regroupement diocésain pour la sauvegarde de la cathédrale », espère monsieur LeChasseur.




Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×