Nouvelle de 17 h La vaccination contre la COVID-19 est lancée au Bas-Saint-Laurent

La vaccination contre la COVID-19 est lancée au Bas-Saint-Laurent

C’est ce jeudi matin, au CHSLD de Rimouski, que la campagne de vaccination contre la COVID-19 s’est amorcée au Bas-Saint-Laurent.

L’une des premières personnes à recevoir une dose du vaccin a été Roger Michaud, un résident du CHSLD de 74 ans. Mélanie Chassé, infirmière auxiliaire, a procédé à la vaccination.



« La vaccination qui débute aujourd’hui se déroule bien, et ce, grâce à l’excellente collaboration des résidents du CHSLD et à la synergie des équipes du CISSS du Bas-Saint-Laurent qui veillent, depuis des semaines, au bon déroulement de cette vaste opération sans précédent. Au terme de cette première journée, ce sont 235 résidents qui auront obtenu leur première dose de vaccin et plus de 150 employés du CHSLD », indique la conseillère en communication au centre de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, Sylvie Lamontagne.

Les autres employés du CHSLD de Rimouski ainsi que ceux des CHSLD de Trois-Pistoles et de La Mitis seront également vaccinés au cours des prochains jours et l’exercice se poursuivra avec la réception des doses supplémentaires dès le 4 janvier.


De nouveaux sites seront ajoutés progressivement afin de protéger les clientèles à risque, en fonction de la disponibilité des vaccins.

Ordre de priorisation



  1. Les personnes vulnérables et en grande perte d’autonomie qui résident dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) ou dans les ressources intermédiaires et de type familial (RI-RTF).
  2. Les travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux en contact avec des usagers.
  3. Les personnes autonomes ou en perte d’autonomie qui vivent en résidence privée pour aînés (RPA) ou dans certains milieux fermés hébergeant des personnes âgées.
  4. Les communautés isolées et éloignées.
  5. Les personnes âgées de 80 ans ou plus.
  6. Les personnes âgées de 70 à 79 ans.
  7. Les personnes âgées de 60 à 69 ans.
  8. Les personnes adultes de moins de 60 ans qui ont une maladie chronique ou un problème de santé augmentant le risque de complications de la COVID-19.
  9. Les adultes de moins de 60 ans sans maladies chroniques ou problèmes de santé augmentant le risque de complications, mais qui assurent des services essentiels et qui sont en contact avec des usagers.
  10. Le reste de la population adulte.

Le directeur régional de la Santé publique, le Dr Sylvain Leduc, signale que la région devrait recevoir des doses du vaccin de la compagnie Moderna au début de 2021 et que ce vaccin sera plus facile à transporter parce qu’il n’a pas besoin d’être conservé à -70 degré Celsius comme celui de Pfizer utilisé en début de campagne.

Difficile de prévoir quand ce sera le tour de la population


Pour ce qui est de savoir quand les personnes de 70 ans et plus ne résident pas en CHSLD seront vaccinées, c’est difficile à évaluer. « On doit d’abord vacciner les résidents des CHSLD et les employés. Ensuite, ce sera le tour des gens vivant dans les résidences de personnes âgées. Ça va dépendre de la vitesse à laquelle nous recevrons les doses », explique le Dr Leduc.

Continuer de respecter les mesures

Le Dr Leduc met en garde la population sur le fait que ce n’est pas parce que la vaccination a débuté qu’on peut lever le pied sur l’application des mesures. « La vaccination est une excellente nouvelle, c’est un premier pas, mais nos efforts de lutte ne sont pas terminés. Le virus n’a pas dit son dernier mot et ça va prendre plusieurs mois pour que le pourcentage de gens vaccinés soit significatif. On pense que nous aurons un nombre suffisant de gens vaccinés pour envisager un assouplissement des règles dans l’année 2021. Les trois prochains mois seront cruciaux. La situation s’est améliorée dans la région, mais elle demeure inquiétante au Québec. Nous avons un devoir de solidarité entre les régions, ce qui veut dire que notre capacité hospitalière pourrait être réquisitionnée », commente-t-il.

Stations de ski surveillées

La santé publique se dit préoccupée par le non-respect des règles de distanciation dans les stations de ski qui ont amorcé leur saison au cours des derniers jours. « On encourage les gens à aller dehors. Le risque n’est pas pendant les descentes, mais lors des regroupements pour certains services. Les gens doivent être vigilants et s’assurer de garder la distance entre eux lorsqu’ils font la file. C’est une situation qu’on surveille de près. On demande également aux gens d’éviter de se déplacer d’une région à une autre », déclare le Dr Leduc.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×