guycaron
Actualités > Santé > Deux jours de grève pour le personnel de bureau du CISSS du Bas-Saint-Laurent
Santé

Deux jours de grève pour le personnel de bureau du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Nancy Legendre (Photo Facebook)

Le syndicat représentant le personnel de bureau, les techniciennes, techniciens et professionnels de l’administration du CISSS du Bas-Saint-Laurent affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), annonce deux premières journées de grève les 21 et 22 juin.

« Il a déjà trop longtemps, même avant la pandémie que les salariés tiennent à bout de bras le réseau. Il est temps que le gouvernement reconnaisse également que ces mêmes travailleuses et travailleurs lui ont permis de traverser la crise …. Ils méritent reconnaissances », lance la présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent, Nancy Legendre.

« Après la crise qu’on vient de traverser, alors que les besoins étaient déjà énormes, nous pensions bien que nous pourrions conclure une entente satisfaisante sans avoir recours à la grève, déplore le président de la FSSS–CSN, Jeff Begley.

« Le gouvernement ne veut rien changer à notre quotidien. Il veut maintenir le statu quo des conditions de travail de la plupart du personnel, alors qu’on sait qu’elles sont intenables. Pire encore, il propose encore à ce moment-ci des reculs aux conditions de travail. Nous ne parviendrons jamais à retenir et à attirer le personnel et on n’améliorera pas ce réseau sans s’attaquer, dès maintenant, à l’augmentation des arrêts de travail pour cause d’accident ou de maladie ou au manque de personnel. Il y a urgence d’agir! », poursuit M. Begley.

Attraction et rétention du personnel
La FSSS–CSN réclame notamment des mesures d’attraction et de rétention du personnel. « Des problèmes de pénuries de main-d’œuvre, il y en a dans toutes les catégories de personnel, pas seulement pour un ou deux titres d’emploi, poursuit-il. Un coup de barre est nécessaire pour être plus attractif et réparer les conditions de travail du personnel du réseau de la santé et des services sociaux. » 

La grève n’est pas inéluctable. Les négociations se poursuivent aux tables de négociation et les négociateurs du gouvernement connaissent très bien les solutions que propose la FSSS–CSN. « Avec un peu de bonne volonté politique, on peut y arriver dans un court laps de temps, précise Jeff Begley. De notre côté, nous sommes disponibles jours, soirs et nuits pour y arriver. Conclure une entente satisfaisante est notre priorité absolue. »

Les salariés de l’État, déterminés

Ce premier débrayage en santé et services sociaux, à la CSN, s’inscrit dans un mouvement de grève touchant l’ensemble des réseaux publics, notamment celui de l’éducation, où plusieurs grèves se sont tenues dans les dernières semaines.

« En ayant recours à la grève, les travailleuses et les travailleurs des services publics expriment leur détermination à en arriver à un règlement satisfaisant, à la hauteur des besoins criants des réseaux, tant sur les conditions de travail que sur la rémunération. Nos revendications, notamment celle qui vise à améliorer davantage les salaires de celles et ceux qui gagnent le moins, sont justes. Elles permettront d’améliorer l’attraction et la rétention du personnel et c’est comme ça que nous réussirons à relever les services publics, au bénéfice de toute la population du Québec », affirme Caroline Senneville, vice-présidente de la CSN.

Les services essentiels seront assurés durant la grève. Rappelons que la CSN a notamment obtenu auprès du Tribunal administratif du travail l’obligation, pour le personnel-cadre, de contribuer au maintien des services essentiels, ce qui constitue un changement majeur.

Facebook Twitter Reddit