Nouvelle de 17 h Les Rimouskois se rassemblent enfin

Les Rimouskois se rassemblent enfin

Le 325e anniversaire les incite à le faire

Un rare événement public présenté dans le cadre des célébrations du 325e anniversaire de Rimouski a connu beaucoup de succès, ce matin et une partie de l’après-midi, à la marina de Rimouski.

Le beau temps aidant, quoique frais sur le rivage, un doux parfum flottait dans l’air pour les centaines de personnes présentes: celui la liberté, de la normalité et des retrouvailles, après la terrible crise sanitaire du coronavirus, qui tire à sa fin avec la vaccination massive des Québécois.



Ce parfum était perceptible dès qu’on se présentait sur place pour assister à l’événement « Les premiers colons arrivent sur leur voilier », présenté par l’organisation de Riki Fest. Les Rimouskois étaient pressés de se retrouver. Les îlots de discussions avec cinq ou six personnes par groupe parsemaient le site. Ça jasait sur un temps rare comme on dit chez nous.

Les Rimouskois se réapproprient leur marina. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

La reconstitution historique s’est avérée fort attendue. En costumes d’époque, des familles ont descendu de leur « navire amiral », le Fleurion, pour prendre pied sur le sol rimouskois afin d’animer les quais de la marina, accompagnées d’un groupe de jeunes musiciens de l’époque. Les Rimouskois se sont aussi, à cette occasion, réapproprié leur marina, qui vient de faire l’objet de travaux majeurs.


Sur le site, les Corsaires de l’Épaulard initiaient les participants aux coutumes et habits de ces marins et colons. Il était également possible de profiter sur place d’un repas de type méchoui.

La Ville et Riki-Fest rappellent que la Réserve navale de Rimouski, la Corporation de la marina de Rimouski et Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent ont été de précieux partenaires pour l’organisation de cet événement.



Certains ont voulu voir le spectacle de plus près. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

À propos d’histoire

Par ailleurs, l’édition estivale de la revue d’histoire du Québec Cap-aux-Diamants est consacrée au 325e anniversaire de la Ville de Rimouski. Le magazine propose huit textes pour l’occasion, abondamment illustrés qui abordent différentes facettes de l’histoire de Rimouski.


Le président-fondateur de la marina de Rimouski, Louis Arsenault, ici en jaune, explique certaines caractéristiques de cette infrastructure qui vient de subir une cure de rajeunissement à des visiteurs. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Au sommaire :

– « La Terre du chien », présence autochtone à Rimouski par William Chassé;

– « La seigneurie de Rimouski »; sur les traces de René Lepage par Alexandre Gagné;

– « Toussaint Cartier, l’ermite de l’île Saint-Barnabé ». Histoire, roman, légende par Claude La Charité;

– « Une odeur de bran de scie »; Rimouski et l’exploitation forestière par Paul Larocque;

– « L’apport du clergé dans le développement de Rimouski » par Kurt Vignola;

– « Jules-A. Brillant et sa ville » par Richard Saindon;

– « Rimouski ville culturelle » par Claude Morin;

– « Patrimoine disparu, la gare de Sacré-Cœur » par Alex Tremblay Lamarche.

La direction de Cap-aux-Diamants a confié à l’historien rimouskois Richard Saindon le soin de préparer, à titre d’éditeur invité, ce numéro spécial disponible à la librairie l’Alphabet, à la Librairie-Boutique Vénus et dans quelques autres points de vente.

Depuis 1985, la revue d’histoire du Québec, Cap-aux-Diamants, est publiée quatre fois l’an.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×