Chroniques > Chasse et pêche > « Dame Nature » a favorisé une bonne récolte de cerfs!
Chasse et pêche

« Dame Nature » a favorisé une bonne récolte de cerfs!

« L’augmentation de la récolte de cerfs 2021 peut être attribuée en grande partie aux hivers cléments des deux dernières années », estime le ministère Forêts, Faune et Parcs Québec. (Photo Courtoisie Archives Luc Larochelle).

 « Le chevreuil était davantage au rendez-vous des chasseurs la saison dernière », indique le ministère forêts, faune et Parcs Québec (FFPQ), qui conclut qu’avec 46 000 cerfs prélevées en 2021; plus les 6 000 sur Anticosti, que : « le cheptel de cerfs se porte très bien actuellement ».

Selon Québec, le succès global pour un premier cerf s’est établi à 33 %. Mais qu’en est-il du succès de chasse par zone ? Pris globalement, le taux de succès augmente avec la forte récolte des zones productives comme la Zone 6 où les chasseurs ont prélevé 8 913 chevreuils.  Dans l’ensemble de la Zone 1 Gaspésie, il s’est prélevé 524 chevreuils, dont 128 dans la Zone 1 Nord et 396 dans la Zone, 1 Sud. En 2020, un total de 334 chevreuils avaient été prélevés, dont 107 dans la 1 Nord et 227 dans la 1 Sud. En 2007, la récolte totale de la Zone 1 avait été de 1 910 chevreuils.

Métal du Golfe_VF

 « C’est en Outaouais, en Gaspésie, en Chaudière-Appalaches, U Bas-Saint-Laurent, dans les Laurentides et dans Lanaudière, que les plus grandes hausses de récolte de cerfs ont été observées. C’est généralement dans ces régions que les populations de cerfs subissent les plus importantes fluctuations annuelles », poursuit le ministère qui reconnaît que Dame Nature a été favorable aux cerfs. « L’augmentation de 2021 peut être attribuée en grande partie aux hivers cléments des deux dernières années ».

le taux de succès augmente avec la forte récolte des zones productives comme la Zone 6 où les chasseurs ont prélevé 8 913 chevreuils. (Photo Courtoisie SÉPAQ-Anticosti)

Récolte de la pérennité de l’espèce ?

C’est là que le bas blesse, selon plusieurs observateurs. Le chevreuil a connu deux hivers cléments et les chasseurs ont récolté les intérêts d’un cheptel constitué de nombreux jeunes mâles, des « spikes » ou daguets, qui seraient devenus de bons géniteurs, s’ils avaient été épargnés par la Restriction de la Taille Légale des Bois (RTLB). Cette règle, qui était en vigueur seulement dans la Zone 6 sur une base expérimentale depuis les cinq dernières années, a été reconduite dans les « Nouveautés à la règlementation de chasse, du 1er avril 2022 au 31 mars 2024 ». Mais pas ailleurs…

Sur la Zec Bas-Saint-Laurent, il s’est prélevé 18 cerfs en 2021, dont 65 % était des « spikes », soit 11 cerfs mâles sur 18. En Outaouais, un pourvoyeur a déclaré la récolte de 14 chevreuils, dont 10 « spikes ». Dans la Zone 2 Est, le tableau de récolte est de 139 cerfs et 612 dans la 2 Ouest, comparativement à 103 dans la 2 Est et 474 dans la 2 Ouest en 2020.

Le ministère de la Faune reconnaît lui-même que la hausse de la récolte de 2021 peut être attribuée en grande partie aux hivers cléments des deux dernières années. Les chasseurs auraient récolté la pérennité de l’espèce. Que va-t-il se passer l’automne prochain si l’hiver en cours, qui est loin d’être fini dans l’Est, demeure rigoureux comme en Gaspésie ?

« Rire du monde » 

« Avec ces chiffres de récolte dans la Zone 1, c’est rire du monde », tranche le président de l’Association Sportive Chasse et Pêche de la Baie-des-Chaleurs, Pierre Henry, qui réclame toujours de Québec de faire de la Gaspésie, une zone distincte dans la gestion du chevreuil. Selon M. Henry, les conditions hivernales placent les chevreuils dans des situations nettement plus défavorables dans la Zone 1, que dans la plupart des autres zones du Québec.

Quelque 135 000 Québécois ont chassé le cerf en 2021 et 20 000 ont acquis un permis pour un second cerf, dans une zone différente que celle de leur premier abattage. « Seuls 2 485 chasseurs ont récolté deux cerfs au cours de la saison, soit 12 % de la clientèle qui possédait deux permis. De ce nombre, 1 601 chasseurs ont récolté un mâle adulte et un cerf sans bois, ou bien deux cerfs sans bois, alors que 884 chasseurs ont récolté deux mâles adultes », selon FFPQ.

Et UPF ?

Avec un « cheptel de cerfs qui se porte très bien actuellement », dit le ministère, cette affirmation fait craindre que FFPQ n’appliquerait pas la RTLB dans toutes les zones du Québec. C’est ce qu’on verra avec l’analyse des résultats des deux premières années d’application du Plan de gestion du cerf 2020-2027, que fera la Table nationale de la faune.

Autre incertitude, est-ce que les chasseurs de cerfs seront représentés à cette table technique par Unis Pour la Faune (UPF) qui compte plus de 14 000 membres individuels, et l’appui de 300 municipalités et de dizaines de MRC, des zecs et des associations de chasse et de pêche ? UPF réclame depuis plus d’une le retrait de la règle des deux cerfs et la RTLB partout au Québec.

Facebook Twitter Reddit