Journal Le Soir
Actualités > Économie > Alimentation : le milieu rural toujours fragile
Économie

Alimentation : le milieu rural toujours fragile

Cette photo illustre la page frontispice de l’étude. (Photo: courtoisie)

Une étude de la distribution alimentaire met en lumière les enjeux du transport et de l’approvisionnement en denrées, particulièrement en milieu rural, et propose des pistes d’action pour assurer un meilleur accès aux aliments sains et locaux dans les communautés.

Commandée par la Table intersectorielle régionale en saines habitudes de vie (TIR-SHV) de la Démarche COSMOSS (Communauté ouverte et solidaire pour un monde outillé, scolarisé et en santé) ce portrait de la distribution alimentaire au Bas-Saint-Laurent a été réalisé par le Département sociétés, territoires et développement de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR)

Chantier

« Devant les défis de plus en plus importants pour des personnes et familles d’accéder à des denrées près de chez elles, la TIR-SHV a mis en place un chantier sur le transport des aliments. L’étude, réalisée par les professeurs Mario Handfield et Nicolas Devaux, en constitue une première étape », signale un communiqué.

«Les partenaires de la TIR-SHV veulent susciter des actions concertées en alimentation, mais avant tout, il fallait voir où agir précisément au Bas-Saint-Laurent. Ce portrait en donne une très bonne idée grâce à la collaboration de plus de 300 entreprises et organismes qui ont participé avec générosité », précise le chercheur et professeur Mario Handfield.

« Notre étude montre des défis importants en approvisionnement, particulièrement en milieu rural et dans l’Est de la région. Mais il faut aussi noter que la pandémie a favorisé l’émergence d’initiatives en transformation et production alimentaire de proximité, ce qui laisse présager qu’il est possible d’agir pour la suite », ajoute monsieur Handfield.

Faits saillants

  • L’étude bas-laurentienne sur le transport des aliments a été réalisée entre le printemps 2020 et l’automne 2021. Trois cent treize entreprises ou organismes du secteur bioalimentaire y ont participé.
  • En matière de défis, les données recueillies mettent en lumière des difficultés exacerbées par la pandémie comme la précarité de l’accès aux aliments, et ce, particulièrement en milieu rural.
  • Dans l’ensemble du territoire, 22 municipalités sont en situation critique et 55 en situation fragile sur le plan du nombre d’entreprises de production, de transformation ou de distribution qui s’y déplacent pour livrer des produits alimentaires.
  • Plus du quart des producteurs et des transformateurs indiquent rencontrer des difficultés en lien avec l’entreposage, le transport ou la distribution de leurs produits alimentaires en raison de manque d’espaces réfrigérés, de temps et de ressources.
  • La grande majorité des entreprises ne font pas affaire avec des organismes communautaires pour récupérer les aliments invendus. Les infrastructures de distribution et d’entreposage sont également jugées insuffisantes ou déficientes dans les organismes de récupération alimentaire.

Les chercheurs proposent également différentes avenues sur le plan des solutions, notamment la création d’entrepôts collectifs et d’une flotte régionale de véhicules pour des besoins occasionnels et temporaires. Ils soulignent également l’importance de concevoirdes projets concertés (inter-MRC) pour s’adapter aux réalités des entrepreneurs et organismes en alimentation. Pour favoriser des collaborations et réfléchir à la mise en œuvre de telles avenues, la TIR-SHV invite les organisations de différents horizons, notamment des milieux municipal, communautaire, de la santé, du bioalimentaire et de l’éducation, à identifier des actions et collaborations pour ainsi assurer des suites durables aux résultats de ce portrait.

Les faits saillants de l’étude peuvent être consultés à cosmoss.qc.ca.

Le rapport complet est disponible sur le site Web de l’UQAR à l’adresse détaillée : https://www.uqar.ca/uqar/professeurs/developpement/mario_handfield/cta_rapport_final_revise20nov2021_vf.pdf.

Des initiatives qui nourrissent

« Signe d’un dynamisme important, la région du Bas-Saint-Laurent compte déjà plusieurs organisations travaillant sur un ou plusieurs volets du système alimentaire. Des jardins communautaires aux initiatives de récupération, en passant par les fermes de circuit court et les marchés publics, elles contribuent à améliorer l’accès aux aliments tout en réduisant l’insécurité alimentaire des familles. On peut en découvrir quelques-unes à cosmoss.qc.ca alors que la TIR-SHV a réalisé un portrait de 15 initiatives inspirantes. Simples et concises, elles sont présentées sous forme de fiches à consulter », mentionne un communiqué.

À propos

La Table intersectorielle régionale en saines habitudes de vie (TIR-SHV) COSMOSS a pour mission de mobiliser les acteurs clés autour d’un plan d’action commun, où les forces et les expertises de chacun sont mises à profit pour rendre les environnements favorables à la santé des jeunes et des familles. Le plan d’action 2022-2025vise deux grands objectifs : la saine alimentation pour tous et l’adoption d’un mode de vie physiquement actif.

Facebook Twitter Reddit