Actualités > Environnement > Mieux prévenir les risques côtiers
Environnement

Mieux prévenir les risques côtiers

Financement de deux recherches à l’UQAR
Un rappel de la dévastation causée par les grandes marées de 2010, à Sainte-Luce. (Photo: archives-Pierre Michaud)

Québec accorde un financement totalisant 547 000 $ à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), pour la réalisation de deux projets de recherche en lien avec la prévention des risques liés aux inondations.

L’aide financière gouvernementale provient du Cadre pour la prévention de sinistres et s’échelonnera jusqu’en 2025.

La vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, en a fait l’annonce.

Les sommes versées permettront notamment de poursuivre le déploiement d’un atlas géomatique permettant d’avoir une meilleure connaissance des risques liés aux inondations à l’échelle provinciale(subvention additionnelle de 220 000 $, pour un total de 498 000 $), d’une part; et de concevoir des outils afin de déterminer les caractéristiques de tronçons de cours d’eau sujets à des obstructions qui sont susceptibles de générer des inondations (subvention de 327 000 $), d’autre part.

Plus résilients

« Nous allons poursuivre nos actions et nos investissements pour rendre le Québec et ses citoyens plus résilients aux sinistres. Cela implique entre autres de se doter d’une meilleure connaissance relativement aux risques liés aux inondations en appuyant des projets comme ceux de l’UQAR, qui ont déjà produit d’excellents résultats à ce jour », soutient Geneviève Guilbault.

Gestion sécuritaire

« Plusieurs MRC souhaitent améliorer leurs connaissances sur les cours d’eau susceptibles de causer des inondations. Or, pour ce faire, il faut des investissements importants et diverses ressources spécialisées. Je me réjouis de cet appui à la recherche, qui va répondre à de réels besoins en matière de gestion sécuritaire des cours d’eau au Bas-Saint-Laurent », ajoute Caroline Proulx, ministre du Tourisme, ministre responsable du Bas-Saint-Laurent.

En résumé

  • Deux contrats de recherche antérieurs accordés à l’UQAR ont permis entre autres de créer et de développer des outils d’évaluation préliminaire des risques liés aux inondations (EPRI) et de caractérisation des aléas, puis de les appliquer dans huit bassins versants du Québec méridional;
  •  
  • La troisième et présente phase du projet concernant l’EPRI a pour but de représenter sous forme d’un atlas géomatique le nombre de personnes et de bâtiments exposés aux inondations des principales rivières du Québec. Elle comprendra également des activités de conception d’outils de formation, de consultation et d’analyse à l’intention des utilisateurs de l’EPRI;
  •  
  • Quant à l’autre contrat de recherche, il vise à créer des outils semi-automatisés pour déterminer les caractéristiques de tronçons de cours d’eau sujets à des obstructions, en prenant en compte les méthodes élaborées dans le cadre des projets sur l’EPRI. Ces outils pourront s’appliquer particulièrement pour les petits cours d’eau actuellement peu considérés dans les autres projets.
Facebook Twitter Reddit