Publireportage > Clinique Iaso mise sur le bien-être de ses patients
Publireportage

Clinique Iaso mise sur le bien-être de ses patients

Dr David Saint-Pierre, chiropracteur est le propriétaire de la clinique Iaso qu’il a fondé en juin 2021. (photo : journallesoir.ca)

David St-Pierre, chiropraticien depuis 2019, a fondé la clinique Iaso en juin 2021. Le nom choisi pour la clinique prend tout son sens lorsqu’on en connait sa provenance. Issue de la mythologie grecque, Iaso est une divinité de la santé qui représente la guérison et la récupération. Un symbole fort pour cette clinique dont la vocation est d’offrir des soins multimodaux axés sur le patient et son bien-être.

Au sein de cette clinique œuvrent, différents professionnels de la santé, dont Dr David St-Pierre, chiropraticien. Dre Catherine Leclerc, chiropraticienne, André-Philipe Daigle, kinésiologue et Charles Dalpé, massothérapeute exercent également à la Clinique Iaso. En travaillant en collaboration, ils peuvent traiter plusieurs conditions telles que : entorse musculaire ou ligamentaire, douleur cervicale, dorsale ou lombaire, douleur au nerf sciatique, douleur à l’épaule, maux de tête et migraines, hernie discale, bursite, tendinite, capsulite, et bien plus encore.

Afin de démystifier les rôles de chacun, les chiropraticiens traitent des conditions neuro-musculo-squelettiques variées allant de l’entorse de la cheville jusqu’à certains types de maux de tête en passant par la hernie discale. En complément, le massothérapeute vient adresser en profondeur les problématiques impliquant les muscles et les fascias – les membranes recouvrant les muscles, tout en éliminant le stress physique et émotionnel que le corps peut cumuler quotidiennement. En parallèle, la kinésiologie se focalise sur le bien-être physique par l’activité sportive. Le kinésiologue travaille au niveau du renforcement spécifique de certains groupes musculaires problématiques pour un retour aux activités sans douleur.

La clinique dispose de plusieurs salles de soins (photo journallesoir.ca)

La communication entre professionnels : un atout pour les patients

Lors de la création de la clinique Iaso, l’ambition du Dr. St-Pierre était dès lors très précise : « l’une des problématiques dans les soins, c’est souvent la communication entre les professionnels. C’est difficile ou long ». Il avait le souhait de créer une clinique regroupant divers métiers de la santé physique afin de faciliter la communication entre chacun et donc être en mesure d’apporter des soins complets et adaptés. Ainsi, disposer de plusieurs praticiens au sein d’un même espace facilite la prise de rendez-vous, le suivi thérapeutique mais surtout le partage d’informations entre les professionnels traitants.   

En ce sens, lorsqu’un patient se rend à la clinique pour un rendez-vous avec un chiropraticien, mais que son problème nécessiterait des soins complémentaires en massothérapie, alors il sera plus simple et plus rapide d’avoir le suivi dont il a besoin. Si cela est un atout logistique, pour la clinique c’est avant tout un engagement auprès de leurs patients.

Pour les besoin en kinésiologie et l’accompagnement dans ‘l’activité physique, une salle d’entrainement est également utilisée pour les soins. (photo : journallesoir.ca)

Une clinique tournée vers les besoins des patients

Pour s’engager encore plus dans le bien-être des patients, la clinique se donne pour mission de répondre rapidement aux demandes d’urgence. Alors que les rendez-vous rapides avec différents professionnels de la santé sont difficiles à obtenir, la clinique Iaso souhaite offrir cette possibilité à ses patients. Avec un emploi du temps repensé, la clinique offre des rendez-vous d’urgence. Dr David St-Pierre explique que l’horaire des praticiens est gérée afin qu’ils aient des places de libre dans la semaine ou la journée même.

L’une des principales valeurs véhiculées par la clinique est la vulgarisation. « Dans le domaine de la santé, on a quand même beaucoup de termes compliqués » souligne Dr St-Pierre. Pour apporter des réponses précises et compréhensibles, l’ensemble des professionnels prennent alors le temps d’expliquer et répondre aux questions. Une manière pour les patients de mieux comprendre le fonctionnement de leur corps et être capable de détecter les signaux de douleur, et leur origine. Ils simplifient par l’utilisation de comparaisons avec d’autres éléments de la vie courante pour que les patients comprennent leur condition et soient en mesure de l’expliquer par la suite.

Au-delà des soins, l’accent est mis sur l’éducation. Une valeur qui va bien au-delà d’une consultation. « On veut faire en sorte que le patient soit plus autonome, qu’il sache pourquoi il a des problématiques. Pas seulement traiter le problème mais vraiment faire en sorte de changer ses mauvaises habitudes. Ça passe par l’adoption de saines habitudes de vie comme une bonne position de sommeil, faire de l’activité physique régulièrement et bien se nourrir. En somme, faire en sorte que le patient ait de moins en moins besoin de consulter pour des douleurs » certifie le Dr. St-Pierre. Si cela peut paraitre absurde de la part d’un praticien, son engagement pour le bien-être est réel.

La clinique dispose de plusieurs affiches permettant de faciliter la compréhension des blessures et des soins pour les patients (photo : journallesoir.ca)

Développer la santé physique pour tous

L’ambition de la clinique est alors de doter les patients d’outils nécessaires pour qu’ils puissent se soulager eux-mêmes. C’est donc l’un des axes que l’équipe développe cette année. Si aujourd’hui, la clinique dispense des cours présentiels et virtuels sur les mouvements sportifs – en ce moment un cours sur la réalisation du squat et du deadlift est disponible – elle ambitionne d’offrir du contenu vidéo accessible gratuitement. 

« Avec la COVID-19, on observe un changement dans les habitudes.  Les gens font davantage attention à ces problématiques, prennent soin de leur corps, pratiquent une activité physique, réfléchissent à l’impact de leurs modes de vie sur leur santé. Ils sont de plus en plus conscients de cela donc on essaye de les accompagner là-dedans, et de promouvoir cela » se réjouit David St-Pierre face au développement de ces nouveaux contenus.

Si ces vidéos sont disponibles sur YouTube d’ici à la fin de l’année, elles ne substituent pas une consultation chez un professionnel de santé. « Les ateliers et les vidéos restent des informations générales, en tant que professionnel de la santé, on se doit de donner des conseils en fonction de la problématique du patient. On encourage toujours à venir consulter un professionnel, mais les vidéos sont un bon vecteur pour les personnes qui connaissent leurs douleurs et problématiques et qu’ils puissent soulager ça, de chez eux » confie David St-Pierre.

La prévention : le meilleur outil pour les maux du quotidien

« Bien souvent, il y a des gens qui vont se lever le matin et qui vont être barrés du dos et pourtant ils n’ont rien fait de la nuit. C’est souvent l’accumulation de petites choses, de mauvaises habitudes, une mauvaise ergonomie – notamment au travail – et ça fait en sorte que les muscles et les articulations ne sont plus capables d’endurer. C’est à ce moment qu’ils ressentent des douleurs » explique Dr St-Pierre. C’est pour toutes ces raisons qu’il recommande de consulter un chiropraticien de manière régulière afin de réduire ces tensions qui mènent à des problèmes plus importants.

S’il est important de diminuer la douleur, il faut surtout faire en sorte que ça n’arrive pas. Les recommandations diffèrent selon les personnes et les problématiques mais les praticiens en santé physique recommandent, même sans douleurs particulières, de consulter par prévention.

« Pour un bon suivi, on recommande de venir une fois par mois. Pour certains ça va être aux trois mois, ça dépend vraiment des conditions de santé comme si la personne est active et à une bonne alimentation. Certaines personnes ont besoin de ces soins-là pour être fonctionnel et être bien dans leur peau. D’autres auront besoin de venir une fois aux six mois pour un check-up et s’assurer que tout est correct » précise le Dr. St-Pierre.

Finalement, le suivi dépend vraiment d’un patient à l’autre, d’une problématique à une autre, d’un mode de vie à un autre. L’important, et comme le souligne justement David St-Pierre, est de s’écouter. Écouter son corps, ses sensations. Prendre soin de sa santé au quotidien est devenu un des enjeux du bien-être personnel dans son ensemble.  

Facebook Twitter Reddit