Nouvelle de 18 h > « C’est le temps de changer les choses »
Nouvelle de 18 h

« C’est le temps de changer les choses »

Un logement 1 ½ à 1 100 $ par mois!
Harold LeBel à l’Assemblée nationale. (Photo: Francis Vachon / courtoisie Parti québécois)

Les moins fortunés continuent de souffrir de la crise du logement, alors qu’on vient de franchir un nouveau seuil dans le prix des loyers demandés à Rimouski.

Ainsi, le propriétaire d’un vieil immeuble « en stuco » de l’avenue de la Cathédrale demande 1 100 $ par mois pour un « loft » incluant télévision, stationnement, routeur Internet et meublé. « Location au mois et aucun « party » », précise le propriétaire, que nous avons tenté de joindre, mais qui n’a pas répondu à notre message.

Pour ceux qui cherchent un logement, comme ces nouveaux arrivants dont on nous a déjà parlé qui doivent se contenter d’un motel, ce genre de publicité ne répond à aucun besoin.

Qui plus est, le Journal le Soir s’est demandé si ce n’était ou si ça ne devrait pas être de la responsabilité de l’ancienne Régie du logement, le Tribunal du logement, de fixer un plafond pour le prix des loyers. Or, la régulation du prix des loyers n’est pas de son ressort, mais devrait sans doute l’être.

Explosion

Depuis deux ans, le prix des loyers a explosé, alors que le taux d’occupation des logements de Rimouski est de 99,2 %. Les logements de quatre pièces et demie ont dépassé le cap du 1 000$ par mois et les maisons à louer, celui des 2 000 $ par mois, même à Saint-Valérien.

Pendant ce temps, le marché immobilier était complètement fou. Ce qui fait que les gens qui n’en ont pas les moyens se retrouvent en difficulté. Le Journal Le Soir a publié plusieurs textes sur la situation à Rimouski ces derniers temps, dont les commentaires de « Luc », un citoyen qui suit de près l’évolution du marché et la réaction des éventuels locataires.

Maison des fous

« Les commentaires sur les pages de forum de locataires ne sont pas retenus pour donner leur avis à ce sujet. Le propriétaire s’est fait chanter des noms! Le Tribunal du logement existe encore, mais c’est comme la maison des fous dans Astérix (« Les 12 travaux d’Astérix »). »

« Le Tribunal n’a pas de contrôle sur le prix des loyers, même si elle accueille les plaintes. Les prix des logements ne sont pas encadrés et au moins un chef de parti, Éric Duhaime, s’est engagé là-dessus. Il faut quelque chose comme ça pour empêcher ce genre d’abus. Quand on parle d’un petit logement comme ça à 1 100$ par mois, ça n’a plus aucun bon sens. Ça ne vaut jamais ça! Peut-être la moitié, mais pas plus », nous dit cet interlocuteur.

À sa guise

« Ça n’a aucun bon sens. C’est le « far west » dans le secteur locatif. Et si on regarde du côté des constructions neuves, les propriétaires peuvent augmenter le loyer à leur guise à l’intérieur d’une période de cinq ans. Des investisseurs se font construire des jumelés ou des condos à titre privé, qui leur coûtent, mettons, 1 500 $ par mois. Une fois qu’ils ont leur locataire, disons après deux ans, paf! ils le montent à 2 200$. Juste le temps de s’installer, dirait-on. »

« Même ceux qui ont les moyens de payer sont serrés sur leur budget. Ceux qui n’ont pas les moyens, bien, ils se retrouvent parfois dehors. Et c’est l’horreur pour les locataires, l’été, autant aux Iles qu’en Gaspésie. Les propriétaires de logements mettent des locataires dehors pour louer aux touristes. Il faudra un jour que ça arrête », constate, éploré, cet homme dans la quarantaine qui doit ménager chaque sou en raison de son état de santé.

60 000 $ par année… X deux!

Selon les évaluations de « Luc », « On a besoin de logements et on a besoin de logements abordables. Comment voulez-vous qu’une personne assistée survive si les logements sont à ce prix? Mêmes les chambres sont rendues inabordables. Comment justifier, toujours, ces hausses par « le marché » et « la demande »? Pour un travailleur à 18 $ ou 19 $ l’heure qui a une famille, faites le calcul! Il ne peut jamais se payer un quatre et demi. »

« Une maison à vendre à 199 000 $ a été acquise par un investisseur. Il l’a mis à louer à 2 200 $ par mois. Ça veut dire qu’on paye l’équivalent d’une maison de 400 000 $. À 2 200 $, en couple, ça représente 1 100 $ chacun. À mon avis, ça prend deux personnes qui gagnent au minimum 60 000 $ par année pour payer un tel loyer », fait remarquer notre informateur.

Un maigre 14%

Or, si l’on se fie aux statistiques de  Centris, la plateforme de mise en vente des propriétés inscrites par les membres de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers, 14% des ménages de la région de Rimouski peuvent donc s’offrir ce logement. Une part de 44% gagne 50 000 $ ou moins et 23% des ménages gagnent entre 50 000 $ et 80 000 $.

(Photo: capture d’écran-Centris)

Le temps où jamais

Même si on n’a pas aperçu beaucoup le député sortant de Rimouski, Harold LeBel, depuis quelques semaines, il demeure en fonction jusqu’au jour des élections, le 3 octobre. Des élections qui se prêtent d’ailleurs à merveille à un mouvement de masse réclamant des améliorations en général dans le secteur du logement, à son avis.

« La problématique sur la crise du logement est large. Le gouvernement ne s’en est jamais vraiment occupé. Il a juste changé la Régie en Tribunal. Ça ne faisait pas partie de ses priorités, même si on lui disait qu’il y avait des augmentations exagérées, que la pression était trop forte, que des gens n’avaient pas les moyens de payer; qu’il faut trouver des façons d’encadrer les augmentations de loyer. »

« On a créé le Tribunal sans mettre en contexte l’ensemble de la problématique du logement. Ça le rattrape aujourd’hui : on manque de logements et les prix montent. Et pas au rythme de la hausse des revenus de la classe moyenne. On voit des affaires de fou comme l’exemple que vous proposez », déclare Harold LeBel.

L’annonce du logement en question sur un forum de location.

Enjeu majeur

« Je crois qu’il est clair que tout ce qui touche la question du logement doit être un enjeu majeur de la campagne électorale qui s’amorce. Il faut défendre les droits des locataires. Le Tribunal administratif du logement? Il y a des plaintes qui m’arrivent de tous les côtés. Les délais sont interminables. C’est long travailler avec eux autres. On parle de plusieurs mois, minimum. »

« Et parfois, quand des locataires s’adressent au Tribunal, on leur recommande de se tourner vers le Comité logement Rimouski-Neigette. C’est le temps où jamais : il faut que ça fasse partie des enjeux actuels. Malheureusement, souvent, ce que le gouvernement fait, c’est d’annoncer des programmes qui mettent la pression sur les élus municipaux, qui ne savent pas trop comment se débrouiller avec ça », déplore monsieur LeBel.

Toujours en rattrapage

« Monsieur Caron a bien défendu la position de la Ville en avril, dans un article du Journal Le Soir. Il a mentionné que le programme annoncé par la CAQ (Coalition Avenir Québec, le gouvernement sortant) coûtait cher à la Ville de Rimouski. Il y a beaucoup de retard à rattraper et on passe notre temps à faire du rattrapage, ça n’a aucun sens! »»

« Accès Logis était un programme qui avait toujours bien fonctionné, mais on dirait que parce que ça vient du Parti Québécois, les autres gouvernements ont essayé d’inventer autre chose, mais sans y parvenir. Leurs nouvelles idées ne marchent pas, alors ils devraient y revenir à ce programme », conclut le député.

Facebook Twitter Reddit