Nouvelle de 19 h > [En vidéo] Faciliter l’accès aux produits marins
Nouvelle de 19 h

[En vidéo] Faciliter l’accès aux produits marins

Manon Massé prend cet engagement à Rimouski en compagnie de sa candidate, Carol-Ann Kack
La candidate dans Rimouski, Carol-Ann Kack, à droite, appuyée par la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, à gauche. (Photo Olivier Therriault)

Moins d’une semaine après le passage de Gabriel Nadeau-Dubois, au tour de Manon Massé de s’arrêter à Rimouski pour promettre, cette fois, la création d’une plateforme web pour faciliter l’accès aux produits marins du Québec.

Aux cotés de sa candidate Carol-Ann Kack, la co-porte-parole de Québec Solidaire a pris l’engagement de lancer « Québec Mer », un site transactionnel pour ajouter un lien direct entre les industriels et les consommateurs.

Si ce nouvel outil n’aurait aucun impact sur les prix exorbitants de certains aliments comme le crabe des neiges, qui a atteint à nouveau des prix records cette année, Québec Solidaire relate toutefois que 81 % des produits de la mer de la province ont été exportés en 2018, alors que 89 % des produits marins consommés ont été importés.  

« Depuis trop longtemps, notre modèle de commercialisation des produits de la mer est axé sur l’exportation. C’est la recette « on pêche puis on exporte » qui prévaut. À Québec solidaire, on veut changer cette vieille recette en améliorant l’étiquetage et la traçabilité pour permettre aux gens de faire un choix éclairé. On veut aussi faciliter l’accès à ces produits qui permettra aux gens, aux restaurateurs et aux institutions de s’approvisionner directement auprès des pêcheurs et aquaculteurs », indique Mme Massé. 

Moins d’une semaine après Gabriel Nadeau-Dubois, la candidate de Québec Solidaire dans Rimouski, Carol-Ann Kack, a reçu cette fois l’appui de l’autre co-porte-parole du parti, Manon Massé. (Photo Olivier Therriault)

Améliorer les règles d’étiquetage

Québec Solidaire veut également améliorer les règles d’étiquetage de ces aliments. Selon le plan dévoilé, le nouvel étiquetage informerait davantage les consommateurs sur la provenance exacte, la date de capture, la zone de pêche, la méthode et le type d’engins de pêche utilisés pour tous les produits de la mer non transformés, et certains produits transformés, vendus dans les commerces d’alimentation.

« Avec cet engagement, Québec solidaire crée une infrastructure à l’échelle nationale pour soutenir les pêcheurs, les entreprises de transformation et les entreprises d’aquaculture. Pour moi, c’est une reconnaissance du leadership des acteurs du milieu et une bonne nouvelle pour le développement de notre région », ajoute Carol-Ann Kack. 

Pour mettre en œuvre cet engagement, Québec solidaire investira 6,5 M$ au cours des quatre prochaines années pour créer la plateforme de commercialisation et améliorer les pratiques d’identification et de traçabilité des espèces marines. Un gouvernement solidaire reconduira également l’investissement prévu de 4,7 M$ par année pour appuyer le développement du secteur des pêches et de l’aquaculture.

Au Québec, le secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales emploient 3 700 personnes.

Facebook Twitter Reddit