Actualités > Société > Le pire bilan de l’histoire
Société

Le pire bilan de l’histoire

Hausse de 35% la demande dans les banques alimentaires
Les comptoirs alimentaires comme Moisson Rimouski-Neigette sont sollicitées comme jamais depuis deux ans. (Photo: courtoisie)

Un rapport dévastateur confirme le plus grand recours aux banques alimentaires de toute l’histoire du Canada. L’augmentation du nombre de visites provient des personnes âgées et des petits salariés.

La forte inflation et la rupture du filet de sécurité sociale font en sorte que les banques alimentaires du Canada doivent composer avec une demande historiquement élevée qui a atteint près de 1,5 million de visites en mars 2022, soit une hausse de 35 % par rapport aux visites effectuées durant la même période en 2019.

Après analyse du nouveau Bilan-Faim 2022 de Banques alimentaires Canada, Kirstin Beardsley, chef de la direction de Banques alimentaires Canada commente : « Les banques alimentaires du Canada sont confrontées à des défis encore inexplorés alors que les turbulences économiques continuent d’exacerber et d’aggraver les iniquités systémiques, surtout pour les travailleurs à faible revenu, les étudiants et les personnes âgées à revenu fixe. »

Inflation dévastatrice

Ce rapport historique – seule étude à regrouper plus de 4 750 banques alimentaires et organismes communautaires du pays – montre l’incidence dévastatrice de l’inflation et du soutien social inadéquat sur la pauvreté, l’insécurité alimentaire et la faim au Canada.

Conclusions

La faim touche plus que jamais les populations vulnérables.

  • En 2022, le recours aux banques alimentaires a atteint les plus hauts niveaux de l’histoire canadienne.
  • Le pourcentage de clients qui ont indiqué que leur emploi constituait leur principale source de revenus est passé de 12,5 % en 2021 à 14,1% en 2022.
  • Le recours aux banques alimentaires par les personnes âgées a grimpé à 8,9 % (par rapport à 6,8 % avant la pandémie).
  • Le tiers des clients des banques alimentaires sont des enfants (ce qui représente environ 500 000 visites en mars 2022).
  • Un pourcentage accru d’étudiants ont fait appel aux banques alimentaires en 2022 (7,1 % par rapport à 4,7 % en 2021).
  • Les trois principales raisons pour lesquelles les gens ont eu recours aux banques alimentaires cette année sont le coût de la nourriture, les faibles taux d’aide sociale provinciale et les coûts du logement.
  • Pour créer un pays où personne n’est laissé pour compte et où personne ne souffre de la faim, le Canada doit adopter une approche à deux volets et s’attaquer aux causes profondes du recours aux banques alimentaires, soit les faibles revenus et la pauvreté, ainsi que la flambée du coût de la vie.

Lutter contre la faim au Canada

« Le rapport Bilan-Faim 2022 de Banques alimentaires Canada est un signal d’alarme pour toutes les personnes vivant au Canada et pour nos gouvernements : nous devons prendre des mesures pour lutter contre la faim, sans quoi celle-ci continuera de détruire des communautés et des vies. Il est possible d’éliminer la faim au Canada. »

« Nous devons collaborer pour apporter des changements réels et durables en mettant en œuvre une stratégie à double objectif qui établit un seuil minimal de revenu pour nos populations les plus vulnérables, tout en travaillant à régler les problèmes de logement à loyer modique, de réforme de l’assurance-emploi, et à de nouvelles mesures de soutien pour les régions nordiques et éloignées du Canada », indique madame Beardsley. 

Recommandations

Le Canada doit progresser vers un seuil de revenu minimum pour tous.

-Le Bilan-Faim 2022 souligne à quel point les trous du filet de sécurité sociale canadien sont exacerbés dans la tourmente économique sans précédent que nous avons vécue au cours de la dernière année.

À l’heure actuelle, il existe une certaine forme de seuil de revenu minimum pour les personnes âgées et les familles avec enfants. Toutefois, les adultes vivant seuls et les personnes handicapées éprouvent d’importantes difficultés. Des efforts doivent être déployés pour renforcer les seuils existants tout en introduisant de nouvelles mesures de soutien.

-Une prestation d’invalidité harmonisée entre les gouvernements, des projets pilotes portant sur le revenu minimum et des ressources de soutien en santé mentale améliorées ne sont que quelques exemples de ce dont nous avons besoin pour y parvenir.

La crise du logement modique nécessite des solutions immédiates

-Alors que de plus en plus de gens éprouvent des difficultés financières en raison de la hausse des taux hypothécaires, les logements à loyer modique se font rares et il faut du temps pour en construire de nouveaux. Même s’il faut redoubler d’efforts pour accélérer le développement de ce type de logements, des solutions à court terme comme un programme national d’aide au logement peuvent être envisagées.

Seule étude nationale

Lancé par Banques alimentaires Canada en 1989, le Bilan-Faim 2022 constitue la seule étude nationale sur les banques alimentaires et les autres programmes alimentaires au Canada. Les renseignements fournis dans le rapport dressent un portrait juste des causes profondes de l’insécurité alimentaire et de la pauvreté au Canada.

Facebook Twitter Reddit