Actualités > Économie > Groupe Tanguay voit grand pour le Bic
Économie

Groupe Tanguay voit grand pour le Bic

Une vue partielle, mais magnifique, du parcours du Bic et de la Pointe-aux-Anglais. (Photo: Facebook-Club de golf de Bic)

Un complexe hôtelier haut de gamme de sept étages pourrait être construit sur le site actuel de la boutique du professionnel du Club de golf Bic.

C’est ce qu’a appris le Journal Le Soir, alors que l’on semble se diriger vers la vente du Club Bic à des gens d’affaires de Québec et de Rimouski.

Ce scénario a été évoqué lors de la rencontre ayant réuni le président de Groupe Tanguay, Alexandre Tanguay, son père, Jacques Tanguay, le président du Club, Sylvain Lafrance et la trésorière, Louise Fraser, lundi, dans les locaux de la Société de promotion économique de Rimouski.

Inspiration

On retrouverait aussi dans ce complexe des condominiums et une salle de conférence. La vocation avancée pour le Bic lors de cette discussion s’inspirerait du complexe Entourage sur le Lac, de Lac-Beauport. Il compte 166 chambres et propose une quinzaine d’activités à ses visiteurs. Si tel était le cas, on peut envisager qu’il y aurait aussi des activités proposées l’hiver.

Le complexe Entourage sur le Lac. (Photo: site Internet)

Controverse

L’intérêt annoncé d’Alexandre Tanguay, confirmé dans une nouvelle exclusive du Journal Le Soir, vendredi dernier, fait suite à la mise à pied du professionnel qui était en poste depuis deux ans. La controverse entourant son congédiement aurait causé du mécontentement chez des membres/actionnaires du Club qui seraient maintenant prêts à la vendre, pour ne plus avoir à négocier avec ce genre de situation.

Acceptabilité

Dans son entrevue avec le Journal le Soir, Alexandre Tanguay a insisté sur le fait que tout projet de développement du Club de golf Bic devra passer par l’acceptabilité sociale non seulement chez les actionnaires vendeurs, mais aussi chez les citoyens du district du Bic. Il a aussi insisté sur l’énorme potentiel et la notoriété du parcours.

L’une des vues imprenables qui sont accessibles depuis le parcours du Bic, situé dans un environnement unique. (Photo: archives)

Assemblée générale

L’éventuelle transaction touche une corde sensible, car, même si le Club a toujours été la propriété d’un groupe d’actionnaires, ils étaient si nombreux et influents dans la sphère socioéconomique qu’on avait l’impression que le Club appartenait à un peu tout le monde, au Bic et à Rimouski. C’est sans nul doute un fleuron que ce parcours construit dans un environnement naturel unique en 1932. Il est considéré comme l’un des 10 plus beaux parcours au Québec.

Une photo historique retrouvée sur le site Internet du Club Bic. (Photo: site Internet Club Bic)

Solution rapide

La famille Tanguay est aussi actionnaire du Club La Tempête, le premier parcours de golf de calibre international de la région de Québec, à Lévis. On pourrait également s’en inspirer pour le développement du Bic.

Alexandre Tanguay a signalé en entrevue au Soir qu’il croyait qu’un tel projet pourrait contribuer à régler un problème de manque d’infrastructures hôtelières à Rimouski depuis la fermeture de l’hôtel Gouverneurs.

L’aire d’accueil à La Tempête. (Photo: site Internet-La Tempête)

« Nous connaissons le grand problème de manque de chambres en hôtellerie à Rimouski, présentement. Je suis d’avis que c’est le projet qui pourrait le plus rapidement voir le jour pour venir atténuer ce problème », a confié monsieur Tanguay.

À 7 000 verges

Si l’on souhaitait faire du Bic un parcours de championnat, il faudrait qu’il compte au moins 7 000 verges de distance totale, comparativement aux 6 560 verges actuelles depuis les marqueurs bleus. L’auteur de ces lignes a fait un tour du parcours imaginaire en compagnie d’un membre de longue date, pour évaluer la faisabilité d’un tel projet.

Pour accueillir des compétitions majeures, il faudrait allonger la plupart des trous. Or, il semble que la marge de manœuvre est là sur les plans de la propriété et de la configuration pour modifier les trous qui auraient besoin de l’être. Grossièrement, sur le premier neuf, il faudrait trouver un moyen de rendre les trous numéro 5, 6 et 9 plus longs et/ou plus difficiles, peut-être en ajoutant des obstacles et des fosses de sable.

Sur le second, on manque peut-être un peu d’espace pour modifier le tertre du trou numéro 16 et dans le secteur où le vert du numéro 16 et l’allée numéro 13 se rejoignent, entrecoupés d’un lac. On pourrait allonger le trou numéro 17 en reculant son vert. Reste à trouver une façon de rendre le trou numéro 18 un peu plus difficile.

Le Bic pourrait devenir un parcours riverain et un endroit aussi prestigieux que The Links at Crowbush Cove, à l’île du Prince-Édouard. (Photo: site Internet)

Réaliste

Le principal défi est d’éviter que l’on puisse atteindre un trou de normale quatre en un seul coup. Sur le second neuf, on peut allonger ou modifier la plupart des trous. Tout dépendrait des moyens que l’on serait prêt à y mettre, mais le scénario d’allonger le parcours de 500 verges apparaît réaliste. Il existe assurément des moyens techniques pour le faire. Notons par exemple que les marqueurs les plus éloignés totalisent 7 200 verges à La Tempête.

Un coup d’oeil sur le parcours de La Tempête à Lévis. (Photo: site Internet)

Gens d’affaires de Rimouski

Les Tanguay, comme ils le font souvent à Rimouski, vont probablement s’associer à des gens d’affaires d’ici. Des noms bien connus circulent. Par ailleurs, le Journal Le Soir a aussi appris que les principaux actionnaires du Bic veulent être payés comptant dans le cas d’une éventuelle transaction.

La suite

Selon nos informations, le conseil d’administration du Bic va former un comité chargé d’étudier le dossier. Ce comité soumettrait des recommandations aux membres, lors de l’assemblée générale annuelle des actionnaires qui aura lieu le 30 janvier prochain. Les choses pourraient aller très rapidement par la suite et, qui sait? peut-être que la prochaine saison au Bic se déroulera sous de nouveaux hospices.

Moins accessible

Nous avons sollicité l’avis d’un amateur de golf et administrateur reconnu sur ce qui pourrait survenir dans les prochains mois. Comme d’autres, il croit que les actionnaires sont mûrs pour une vente et que le site présente un potentiel récréotouristique formidable. Confiné à son rôle de Club de golf par sa structure actuelle, le Bic ne peut pas être développé.

« Un membre de ma famille est actionnaire du Bic et il est vendeur. Parce qu’il est d’accord pour un projet de développement majeur pour le bien du Club de golf Bic et de la communauté rimouskoise. Le site est exceptionnel et sous-utilisé. Le promoteur Tanguay et d’autres de même calibre pourraient être porteurs pour un projet de grande envergure. Ce serait un inconvénient pour les golfeurs membres et non membres du Bic, car les prix vont monter beaucoup. Mais Rimouski ne manque pas d’autres terrains de golf qui vont demeurer à prix abordables. »

Facebook Twitter Reddit