Actualités > Faits divers > Saint-Fabien : l’enquête se poursuit
Faits divers

Saint-Fabien : l’enquête se poursuit

L'autocar aurait percuté la voiture qui venait en sens inverse
L’accident survenu le 13 décembre dernier à Saint-Fabien a fait deux morts sur la route 132. (Photo journallesoir.ca- archives)

La Sûreté du Québec poursuit son enquête afin d’expliquer la collision mortelle entre un autocar et une voiture, survenue mardi vers 17h15 sur la route 132, près des Tourbières Berger à Saint-Fabien.

Selon des informations préliminaires, une majorité des 40 dans l’autobus de la compagnie Orléans Express ont été blessés.

Un énorme travail de triage a été nécessaire afin de déterminer la gravité de chacune des blessures. Les secours ont pu assurer les transports vers l’Hôpital régional de Rimouski.

(Photo courtoisie)

Plusieurs personnes ont été transportées au Pavillon des Loisirs (aréna) de Saint-Fabien pour leur évaluation.

Des conditions routières difficiles

Selon les premières constations, l’autocar rempli, qui circulait en direction ouest, aurait percuté la voiture qui venait en sens inverse. Le conducteur du véhicule a perdu la vie, tout comme un passager qui se trouvait dans l’autobus. Ceci s’est retrouvé dans le fossé sans faire d’embardée.

La neige et le vent rendaient les conditions routières difficiles mardi, en fin de journée, sur la route 132.

L’autobus de passagers était plein. On en dénombrait 40, dont plusieurs ont subi des blessures allant de légères à graves. (Photo courtoisie)

Le tronçon a été fermé dans les deux directions pour le transport lourd. Les automobilistes pouvaient circuler via une voie de contournement située à proximité.

Établir les circonstances

« Vous comprenez qu’à cette étape-ci de notre enquête, nous ne pouvons donner aucun détail quand à l’identité ou à la provenance des victimes. L’enquête se poursuit par nos reconstitutionnistes, qui sont sur place, afin de tenter d’établir les circonstances entourant cette collision », indiquait, mardi soir, le porte-parole de la Sûreté du Québec, le sergent Claude Doiron.

Facebook Twitter Reddit