Actualités > Économie > Le journal L’Avant-Poste menacé?
Économie

Le journal L’Avant-Poste menacé?

Une édition récente de L’Avant-Poste. (Photo journallesoir.ca- reproduction Pierre Michaud)

Le remaniement annoncé par Médialo concernant son journal papier de Rimouski, L’Avantage, relance les rumeurs de disparition d’un autre de ses journaux hebdomadaires, celui de la Vallée de la Matapédia, L’Avant-Poste d’Amqui.

Dans une publication sur sa page Internet intitulée « Médialo poursuit son évolution », le président de Médialo, Frédéric Couture, confirme un changement de format de la publication de L’Avantage et une modification majeure du système de distribution.

ADAUQAR

Il ne sera plus distribué de porte-en-porte. Médialo prendra en charge sa propre distribution qui se fera désormais sous forme de dépôt chez des commerçants et de boîtes à journaux.

Meilleures conditions possibles

« Comme tous les éditeurs ayant recours au service de Publisac, nous sommes confrontés à une inégalité dans la qualité du service de distribution de nos journaux, à l’incertitude face à la pérennité de ce service, ainsi qu’à la menace de son remplacement potentiel par Postes Canada et de l’explosion des coûts qui en découlerait. Cette évolution nous permettra de poursuivre notre développement et d’assurer notre importante mission d’information dans les meilleures conditions possible », indique le président de Médialo. 

Frédéric Couture (Photo L’Avantage)

Mais ce qui suscite des questions, c’est une éventuelle fusion des équipes de rédaction, qui pourrait signifier une intégration de L’Avant-Poste à L’Avantage.

Dans l’article, monsieur Couture précise qu’il s’engage à fournir plus de pages à L’Avantage afin d’ajouter de l’information. « Ses équipes de rédaction demeureront à l’affût de l’actualité, tout en ayant l’espace nécessaire pour vous offrir du contenu original, exclusif et diversifié, à l’image des communautés qu’elles desservent », dit-il.  

Par ailleurs, un collaborateur du Journal Le Soir signale qu’il n’a pas reçu L’Avant-Poste depuis deux semaines.

Un fait d’armes

L’ex-éditeur du Progrès-Écho et du Rimouskois, notamment, et ex-journaliste à L’Avant-Poste, Alain Saint-Amand, est très préoccupé et inquiet de cette rumeur.

« Fondé en 1941, il s’agit du plus ancien journal toujours actif à l’Est de Québec. Journal respecté, il a notamment remporté deux fois le prix de l’Hebdo de l’Année au Québec. Un fait d’armes unique dans notre région. Malgré son déclin depuis une dizaine d’années, si elle se confirme, sa fermeture ferait certainement réagir à Amqui et dans la Matapédia en général. »

 « Ça ne sent pas bon »

Le Journal Le Soir a joint la préfète de la MRC de la Matapédia, Chantale Lavoie, ce matin, juste au moment où elle sortait d’une rencontre avec les dirigeants de Médialo.

« Il n’y a pas de fermeture pour l’instant. Ce qu’on nous explique, c’est qu’on tentera d’assurer la pérennité de L’Avant-Poste par différents moyens. Mais comme on dit dans le langage populaire, « ça ne sent pas bon ». On nous a mentionné que parmi les possibilités, il y a celle de transformer L’Avant-Poste en publication mensuelle et de nous alimenter en informations hebdomadairement avec L’Avantage de Rimouski. Les dirigeants de Médialo semblent confiants, mais c’est loin d’être gagné », exprime madame Lavoie.

Chantale Lavoie (Photo courtoisie MRC de La Matapédia)

Préoccupation du député

Dans un texte publié le 5 janvier dernier, le député de Matapédia-Matane, Pascal Bérubé, exprimait ses préoccupations quant à l’avenir des médias imprimés de la région.

« J’apprends avec surprise que L’Avantage Rimouski n’a pas été publié cette semaine. L’Avant-Poste d’Amqui et L’Avantage Gaspésien n’ont pas été publiés à une reprise, ces derniers temps. Je crois que la situation a été rétablie la semaine dernière. Depuis que je suis en politique comme député (2007), c’est la première fois qu’il y a rupture de publication pour des hebdomadaires qui touchent ma circonscription. C’est préoccupant. »

Pascal Bérubé (Photo courtoisie)

Besoin

« Ça tend à démontrer la fragilité financière des médias en général. J’estime que dans notre région, on a besoin d’une variété et d’une diversité d’information, notamment en presse écrite. En ce sens, notre région n’échappe pas à la vulnérabilité des médias, qui sont à la merci du marché publicitaire », réagissait monsieur Bérubé, à la suite de la suspension de la distribution de L’Avantage en début d’année.

Nous avons tenté de communiquer avec monsieur Couture par courriel, mais nous n’avions pas obtenu de réaction de sa part au moment d’écrire ces lignes.

Facebook Twitter Reddit