Opinion > Lettre ouverte > Une chanson pour son enfant décédé
Lettre ouverte

Une chanson pour son enfant décédé

Disponible sur toutes les plateformes et un vidéoclip est sur YouTube
Jennifer Ouellet et son fils, Nathan, décédé accidentellement en 2021. (Photo courtoisie)

Mon nom est Jennifer Ouellet, la mère de Nathan Ouellet, décédé le 5 août 2021 dans un accident d’automobile à Lac-au-Saumon. Pour honorer sa mémoire, je lui ai composé la chanson Mon ange Nathan. En ce moment, elle joue sur toutes les plateformes et un vidéoclip est sur YouTube.

Suite aux questions que je reçois via mes plateformes sociales, j’aimerais donner un compte rendu d’où nous en sommes, mon fils Jayden et moi.

Métal du Golfe_VF

Le jour de l’accident, j’étais près d’arriver au Manitoba, là où j’étais rendue dans mon parcours visant l’ouest canadien, quand je reçu l’appel de l’ex-conjointe du père de mes enfants, Jayden et Nathan. Elle m’appelait pour me dire qu’ils avaient eu un accident, mais qu’elle n’avait pas plus de détails.

J’ai alors appelé à l’hôpital, pour me faire annoncer le décès de Nathan et l’hospitalisation d’urgence de Jayden par avion. Je me suis littéralement écrasée au sol et j’ai crié de toute mes forces.

Mon conjoint de l’époque et moi-même avons fait 14 heures de route pour rejoindre Jayden à l’hôpital Sainte-Justine. Il était alors dans un coma artificiel. On craignait pour sa vie. Nous y sommes restés un mois.

La tête hors de l’eau

Entre temps, je suis allée voir mon fils Nathan décédé pour le prendre dans mes bras une dernière fois ainsi que pour m’occuper des préparatifs pour les funérailles. Ce fut un mois à essayer de garder la tête hors de l’eau tant bien que mal. Par la suite, nous avons été transférés vers un centre de réadaptation.

Jennifer Ouellet (Photo courtoisie)

Jayden, ayant subi de multiples blessures, a dû réapprendre à marcher. À ce jour, Jayden est toujours suivi au niveau de l’apprentissage, puisqu’il a des lésions cérébrales frontales, mais globalement, il va très bien. Un vrai miracle selon les médecins. Jayden n’a aucun souvenir de l’accident et il ne se rappelle pas très bien de son frère Nathan. Il a certaines difficultés au niveau de sa mémoire.

Jayden et moi avons habité un an à Sainte-Anne-des-Monts où mon fils aîné demeure avec son père. Je sentais le besoin d’avoir mes 2 enfants près de moi. Le simple fait de me lever de mon lit était toute une épreuve.

L’espoir d’un renouveau

Durant l’année suivante, nous sommes partis dans l’ouest canadien dans l’espoir d’un renouveau. Je n’avais aucune idée de la durée de notre séjour ni même si nous allions revenir. Tout ce que je savais c’est que j’avais besoin de me retrouver loin, très loin, pour me recentrer, retrouver la joie de vivre et pour la première fois depuis ce drame, penser à moi.

J’ai donc inscrit mon fils dans une école francophone à Agassiz, en Colombie-Britannique. Pendant qu’il était en classe, j’en ai profité pour recommencer à chanter, à composer de la musique pour réaliser mon rêve : percer dans la musique.

Nathan et Jennifer Ouellet (Photo courtoisie)

Il faut dire qu’après la perte de Nathan, c’était le silence autour de moi, je n’arrivais plus à écouter aucune musique. Toutes les chansons me projetaient des souvenirs de lui, rendant ma peine encore plus grande.

Merci d’avoir pris le temps de me lire, en espérant que mon histoire saura en inspirer plusieurs.

Jennifer Ouellet

Facebook Twitter Reddit