Chroniques > Chasse et pêche > Des amendes de 5 $ à 450 $ par arbre coupé
Chasse et pêche

Des amendes de 5 $ à 450 $ par arbre coupé

Québec interdit à quiconque de récupérer et/ou couper du bois
De nombreux chemins ont été obstrués par des arbres qui ont été fauchés par les grands vents le 23 décembre dernier. (Photo Courtoisie)

À la suite des forts vents qui ont balayé la région du Bas-Saint-Laurent, dans la soirée et la nuit du 23 au 24 décembre 2022, causant de grandes pertes aux forêts, le Ministère des Ressources naturelles et des Forêts (MRNF) interdit à quiconque de récupérer et/ou couper des arbres.

Même si de nombreux chemins ont été obstrués par des arbres et que la circulation demeure bloquée aux usagers. Le MRNF fait savoir, dans un communiqué, que les principaux utilisateurs de la forêt publique, à savoir les détenteurs de permis acéricoles et les gestionnaires de territoires fauniques, sont actuellement avec ses équipes pour préparer le démarrage de leur prochaine saison, tout en assurant la récupération du bois.

Vue d’un chemin forestier sur la Zec Bas-Saint-Laurent, totalement bloqué par des arbres couchés par les forts vents. (Photo Courtoisie)

Le Ministère prévient qu’il est interdit de couper des arbres dans la forêt publique sans autorisation. Des amendes de 5 $ à 450 $ sont prévues pour chaque arbre coupé sans permis.

Le RLTP sonne encore l’alarme

Le Regroupement des Locataires de Terres Publiques continue de sonner l’alarme et appelle des volontaires à joindre ses rangs, surtout du côté de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madelaine.

« Le regroupement a besoin de personnes qui ont cœur la défense des intérêts des locataires des terres publiques du Québec. Sans un conseil d’administration en Gaspésie les Îles, cette région n’est pas représentée notamment lors des consultations des ministères et des MRC », indique le président Michel Dorval, qui compte quelque 4 000 membres, sur une les 44 000 détenteurs de baux en forêt publique.

Les préoccupations du Regroupement des Locataires de Terres Publiques portent sur les Lacs de moins de 20 hectares, les coupes forestières, la protection des paysages, la qualité de l’eau, la spéculation sur les baux, le développement de la villégiature, la qualité des chemins forestiers, le partage du territoire et les relations autochtones/allochtones et plus.

Les intéressés communiquent avec le secrétariat provincial par courriel à : secretariat@rltp.qc.ca

Facebook Twitter Reddit