Actualités > Politique > Appel à combattre la crise du logement
Politique

Appel à combattre la crise du logement

Maxime Blanchette-Joncas (Photo journallesoir.ca)

Le député de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, a organisé une rencontre, avec des organismes communautaires et des entrepreneurs de la MCR de Rimouski-Neigette afin d’échanger sur les enjeux fédéraux entourant le logement.

En conférence de presse cet après-midi, le député a insisté sur l’urgence de la situation, ainsi que sur l’importance d’une action concertée pour arriver à surmonter la crise actuelle.

Métal du Golfe_VF

Rappelons que le taux d’inoccupation des logements à Rimouski se situait à 0,4 % en octobre 2022, comparativement à 0,2 % un an auparavant. Le seuil d’équilibre à atteindre, 3 %, est encore loin d’être gagné.

Des histoires humaines

« La crise du logement que traverse présentement Rimouski, mais également l’ensemble du Bas-Saint-Laurent, est criante. Au-delà des chiffres, j’entends les histoires des êtres humains qui en subissent les conséquences : des étudiants qui vivent dans des logements insalubres, des femmes victimes de violences qui doivent demeurer avec un conjoint violent ou des jeunes familles qui doivent se tasser dans un logement trop petit. C’est pour ça que j’ai réuni les acteurs qui ont les deux pieds sur le terrain afin de les entendre sur cet enjeu complexe et crucial », explique Maxime Blanchette-Joncas.

L’Université du Québec à Rimouski construira d’ailleurs de nouvelles résidences pour tenter de pallier à une partie du problème (Photo journallesoir.ca Véronique Bossé)

Des programmes qui ne sont pas adaptés

Maxime Blanchette-Joncas dénonce le fait que les programmes qui existent présentement pour tenter de combattre la crise ne tiennent pas compte des spécificités de la région.

« Ce n’est pas vrai que les besoins à Rimouski sont les mêmes qu’au centre-ville de Montréal et pourtant, le gouvernement fédéral tente de mettre en place des programmes répondre à la crise du logement, en ne prenant pas toujours compte de la réalité que nous vivons dans notre région. »

Une action concertée

« On veut la concertation, parce que c’est important pour amener un dialogue, pour identifier les enjeux, pour trouver des solutions, pour faire un plan d’action. Mais, c’est certain que ce n’est pas en travaillant en vase clos, en décriant la situation de la crise du logement chacun de notre côté qu’on va réellement réussir à passer à travers cette crise-là. »

 « Pour résoudre la situation actuelle, une action concertée de tous les paliers de gouvernement sera nécessaire pour accroître le financement accordé à la création de logements sociaux et communautaires, en particulier dans notre région, qui fait face à des taux d’inoccupation historiquement bas », ajoute le responsable de la gestion de projet chez Les Habitations Populaires de l’Est, Didier Pérée.

Facebook Twitter Reddit