Actualités > Économie > Costco : « pas le temps des guerres de clocher »
Économie

Costco : « pas le temps des guerres de clocher »

Opinion du DG de la Chambre de commerce et de l'industrie Rimouski-Neigette, Jean-Nicolas Marchand
Un magasin-entrepôt Costco (Photo journallesoir.ca- Olivier Therriault)

Maintenant que la Ville a entériné la vente des terrains convoités par Costco dans la Cité des Achats, les citoyens de Rimouski feraient une grave erreur de déchirer leurs chemises sur la place publique dans les différentes étapes à venir d’ici la construction du magasin-entrepôt, prévue au printemps prochain.

C’est ce que croit le directeur général de la Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette, Jean-Nicolas Marchand.

Métal du Golfe_VF

Lors de la séance extraordinaire des élus rimouskois, lundi soir, une vingtaine de personnes ont tenu à exprimer leur désaccord. Le conseiller du district Saint-Germain, Philippe Cousineau Morin, a aussi voté contre la vente des terrains convoités par le géant américain, à l’angle du boulevard Arthur-Buies et la Montée Industrielle-et-Commerciale, au coût de 3,4 M $.

« Costco s’installe à Rimouski. La décision est prise. Le débat a été fait. Ce n’est plus le temps des guerres de clocher. Pourquoi ne verrons-nous pas l’arrivée de Costco comme une occasion exceptionnelle pour notre économie? Des petits joueurs pourraient devenir des fournisseurs. Les consommateurs de l’extérieur deviendront des clients de nos entreprises. Rimouski pourrait travailler sur la mise en marché des petits joueurs. Pour ceux qui ont peur ou qui ont des enjeux, nous avons des solutions », croit monsieur Marchand.

Main d’oeuvre et salaires

Plusieurs entrepreneurs consultés par le Journal Le Soir expriment leur crainte par rapport à la perte de main-d’oeuvre au profit de Costco.

Le futur magasin-entrepôt pourrait embaucher jusqu’à 250 employés avec d’excellents salaires pouvant avoisiner les 25 à 30 $ de l’heure.

Costco offre d’excellentes conditions pour ses travailleurs. (Photo journallesoir.ca- Olivier Therriault)

« Des impacts sont à prévoir, mais des programmes gouvernementaux sont disponibles. Nous avons un an pour nous préparer avant l’ouverture. L’entrepreneur inquiet peut nous contacter pour préparer un plan de match. Costco galvanisera notre secteur commercial, mais la clientèle des plus petits joueurs ne disparaîtra pas pour autant. Il est aussi crucial de développer rapidement du logement pour accueillir les nouveaux travailleurs qui pourraient être attirés par les occasions d’emploi créées par Costco », commente Jean-Nicolas Marchand.

Pas de terrain à rabais

La Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette souligne aussi l’importance que Costco ne reçoive aucune aide gouvernementale ou municipale, comme des crédits de taxe ou des terrains à rabais. Toutes les entreprises, grandes ou petites, doivent être traitées de manière équitable et les ressources publiques soient utilisées de manière responsable.

« Nous travaillerons à mettre en place des mesures spécifiques afin d’assurer une saine concurrence avec les entreprises de chez nous. Nous souhaitons voir ce nouveau joueur s’intégrer adéquatement dans le paysage rimouskois, ce qui nécessite l’instauration d’un climat commercial équitable et dynamique », précise Jean-Nicolas Marchand.

Le conseil municipal de Rimouski a entériné, lundi soir, la vente des terrains convoités pas la multinationale, à l’angle du boulevard Arthur-Buies et la Montée Industrielle-et-Commerciale, au coût de 3,4 M $.

Jean-Nicolas Marchand (Photo Facebook-Chambre de commerce et de l’industrie de Rimouski-Neigette).

Le projet comprend aussi l’aménagement d’un poste d’essence. Les travaux débuteront au printemps 2024. Envisagée préalablement au début de 2025, l’ouverture de la succursale de Rimouski pourrait finalement s’effectuer à l’automne 2024, selon nos informations.

Les élus ont aussi adopté un projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble (PPCMOI) en lien avec les lots visés. Un PPCMOI vise à permettre, à certaines conditions, qu’un projet soit réalisé malgré le fait qu’il déroge à l’un ou l’autre des règlements d’urbanisme d’une municipalité.

En octobre, le Journal Le Soir dévoilait que la Ville de Rimouski avait conclu l’entente pour l’achat des terrains pressentis par Costco pour la construction de son futur magasin-entrepôt dans le Bas-Saint-Laurent, situé derrière la succursale Harley-Davidson.

Facebook Twitter Reddit