25.02.2020
Chroniques Science et environnement Découvrir, comprendre, aimer, protéger et s’engager

Découvrir, comprendre, aimer, protéger et s’engager

La chronique Science et environnement permettra de mettre en lumière la recherche scientifique réalisée dans l’Est-du-Québec, ainsi que les initiatives locales et régionales pour la transition écologique.

Un nouveau média. Une nouvelle chronique. Un premier texte pour répondre aux questions fondamentales : quoi, pourquoi, où, comment, quand et par qui.

Quoi et pourquoi ?

Selon un sondage réalisé par la firme Léger en 2017 pour le Centre des sciences de l’Ontario, 43% des répondant.e.s ont indiqué que la science est une question d’opinion et près du tiers ont indiqué que, puisque les théories scientifiques peuvent être remises en question, on ne peut donc leur faire confiance­1. Il est évident qu’il y a une mauvaise compréhension de la démarche scientifique dans la société. La science est basée sur des données et non pas sur des croyances. 

Le même sondage montre que chez les millénariaux, près du quart des répondants pensent que les vaccins sont l’une des causes de l’autisme (même si l’article à l’origine de ce mythe2 a été rétracté de la revue dans laquelle il a été publié pour problèmes éthiques et falsification de données3). 

Dans une société où même des représentants de partis politiques fédéraux (incluant leur chef) véhiculent des fausses nouvelles conspirationnistes et climato-négationnistes4, il est donc plus important que jamais d’augmenter la place de la science et de l’environnement dans l’espace médiatique. 

La chronique Science et environnement vous sera donc proposée dans le but d’augmenter la littératie dans ces deux domaines. 

Dans le flot d’informations, où pseudoscience, science, fausses nouvelles et données probantes sont confondues et équivalentes, il est selon moi du devoir des scientifiques de sortir de leur laboratoire et de vulgariser la science. En matière d’environnement, les défis auxquels les sociétés doivent faire face et l’urgence d’y stimuler des changements majeurs doivent être canalisés vers la recherche et l’élaboration de solutions innovantes pour assurer la transition écologique.

Où ?

À Rimouski, et dans tout l’Est-du-Québec, des centaines de personnes contribuent à l’avancement des connaissances dans de nombreux domaines : en océanographie, en génie, en biologie, en éducation, en transport maritime, en biotechnologies et j’en passe. L’Université du Québec à Rimouski est d’ailleurs un des leaders en recherche au Canada5. L’Institut Maurice-Lamontagne, situé à Mont-Joli, est l’un des principaux centres francophones de recherche en sciences de la mer au monde6. Au Cégep de Rimouski, on fait de la recherche pédagogique, disciplinaire et appliquée. Deux centres de transfert de technologies (CCTT) lui sont également associés : Innovation Maritime à l’Institut maritime du Québec ainsi que le SEREX affilié au Centre matapédien d’études collégiales d’Amqui. On retrouve également d’autres groupes dans la région qui participent à des projets de recherche appliquée, de conservation ou de science citoyenne. Pour n’en nommer que quelques-uns, mentionnons la Forêt d’enseignement et de recherche de Macpès, Horizon-Nature Bas-Saint-Laurent, l’Observatoire d’oiseaux de Rimouski, le Comité ZIP du Sud-de-l’Estuaire, SLAquaponie, M Expertise marine, etc. 

Rimouski est également un milieu très actif sur le plan du militantisme social et environnemental, grâce à l’engagement des citoyen.ne.s et aux organismes à but non lucratif du milieu. Pensons seulement à Rimouski en transition, au Comité étudiant de Rimouski pour l’environnement (CEDRE), à Prospérité sans pétrole, au Plan d’agriculture urbaine de la MRC Rimouski-Neigette, la Corde d’achat, Mission 100 tonnes et sans compter le travail exceptionnel du Conseil régional de l’environnement dans de nombreux dossiers, dont celui de l’électrification du transport en commun dans la région.

Deux semaines après la grande manifestation historique pour le climat de Rimouski et la Journée institutionnelle pour le climat du Cégep de Rimouski, il est clair qu’il y a un momentum actuellement dans la région pour réunir les gens autour de la construction de solutions viables et communes. Il est donc nécessaire selon moi de diffuser le plus possible ces idées citoyennes innovantes afin de rassembler le plus de gens possible et d’en initier de nouvelles.

La chronique Science et environnement aura donc pour but de faire sortir de l’ombre les différentes initiatives scientifiques et citoyennes, de partager le dynamisme et la créativité des gens de l’Est-du-Québec dans ces domaines. 

Quand ?

Cette chronique sera publiée une à deux fois par mois dans le Journal le soir.

Comment ? 

Les sujets seront choisis au fil de l’actualité, de mes rencontres, la seule ligne directrice étant de présenter des projets scientifiques et citoyens innovants de la région. L’émerveillement personnel que m’aura suscité un sujet sera la source principale de motivation pour exercer mon choix.  

Tel que que l’a répété Jacques-Yves Cousteau, « On aime ce qui nous a émerveillé et on protège ce qu’on l’aime »7. Le but sera d’émerveiller à mon tour la lectrice ou le lecteur afin de favoriser son intérêt pour la science et l’environnement.

On aime ce qui nous a émerveillé et on protège ce que l’on aime – Jacques-Yves COusteau

Par qui?

Je suis professeur de biologie au Cégep de Rimouski et étudiant au doctorat à l’UQAR. Ayant donc un pied dans les deux institutions postsecondaires de Rimouski,  j’ai accepté de profiter de la tribune qui m’a été offerte dans le Journal Le Soir pour partager à la communauté rimouskoise les travaux scientifiques des gens de la région. 

Également militant engagé en environnement depuis environ 20 ans, et fervent défenseur de l’optimisme intelligent, j’aborderai la thématique environnementale sous un angle positif et constructif. Je souhaite profiter de cette chronique pour rendre compte des solutions locales porteuses d’espoir pour réaliser la transition écologique.

Je suis curieux et amoureux de la nature, de la vie en général. Je conserve mon coeur d’enfant devant la découverte des beautés du vivant, tout comme j’adore lire des articles scientifiques, explorer des bases de données, réaliser des analyses statistiques, concevoir des graphiques, stimuler ma créativité afin d’interpréter et comprendre des résultats d’études… Dans mon travail, je joue le rôle de guide, mais aussi celui de l’apprenant afin de maintenir à jour les contenus que j’enseigne. Toujours avide des percées scientifiques les plus récentes, surtout dans les domaines des sciences naturelles, de la santé et de l’environnement, je m’abreuve de littérature scientifique. 

J’utiliserai donc cette chronique pour mettre en pratique mes qualités de passeur d’idées, en espérant contribuer à ma manière à l’amélioration de la littératie en matière de science et d’environnement.

LITTÉRATIE : Capacité d’une personne à lire et à comprendre un texte, lui permettant de maîtriser suffisamment l’information écrite pour être fonctionnelle en société (selon la définition de l’Office québécois de la langue française, 2018).

Références
  1. Weber, Bob. 2019. « Les Canadiens ont moins confiance en la science, selon un sondage”. Le Soleil, 23 septembre 2019. En ligne. < https://www.lesoleil.com/actualite/science/les-canadiens-ont-moins-confiance-en-la-science-selon-un-sondage-0675da905ac6ed1146d2015e32aa57ba > Consulté le 14 octobre 2019. 
  2. Wakefield, Andrew J., Simon H. Murch, Andrew Anthony et coll. RETRACTÉ: “Ileal-lymphoid-nodular hyperplasia, non-specific colitis, and pervasive developmental disorder in children”. The Lancet, 351 (9103) : 637-641. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(97)11096-0
  3. Eggertson, Laura. 2010. “Lancet retracts 12-year-old article linking autism to MMR vaccines”, CMAJ, 182 (4) : E199-E200; DOI: https://doi.org/10.1503/cmaj.109-3179   
  4. Lorange, Simon-Olivier. 2019. “Fausses nouvelles et conspirations chez Maxime Bernier”. La Presse, publiée le 9 septembre 2019. En ligne. < https://www.lapresse.ca/elections-federales/201909/08/01-5240382-fausses-nouvelles-et-conspirations-chez-maxime-bernier.php > Consulté le 14 octobre 2019.
  5. Research Infosource Inc. 2018. “Canada’s top 50 research universities”. En ligne. < https://researchinfosource.com/pdf/CIL2018-Top%2050%20Universities%20List.pdf > Consulté le 14 octobre 2019.
  6. Pêches et Océans Canada. 2018. Institut Maurice-Lamontagne – Pêches et Océans Canada, région du Québec. En ligne. < http://www.qc.dfo-mpo.gc.ca/iml-mli/institut-institute/index-fra.asp >. Consulté le 14 octobre 2019.
  7. Jézégou, Frédéric. 2001-2019. Dictionnaire des citations du Journal le Monde. En ligne. < https://dicocitations.lemonde.fr/ > Consulté le 14 octobre 2019. 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×