03.12.2020
Actualités Deux autres médaillés de l’Assemblée nationale

Deux autres médaillés de l’Assemblée nationale

Deux visages rimouskois bien connus sont au nombre des nouvelles personnalités qui seront honorées au parlement québécois, mardi prochain, le 19 novembre.

Le député de Rimouski, Harold LeBel, est très heureux que ses suggestions de récipiendaires, Boucar Diouf et Colombe St-Pierre, aient été retenus par le comité pour la remise de la Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale. Le photographe Michel Dompierre a mérité le même hommage récemment.

C’est le président de l’Assemblée nationale, François Paradis, qui remettra la Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale à quatre figures marquantes de la société québécoise. Les autres récipiendaires sont Pénélope Guay, fondatrice et directrice de la Maison communautaire Missinak, et Gilles Kègle, fondateur de la Fondation Gilles Kègle.

Rappelons que la Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale du Québec est décernée à des personnalités de différents horizons qui par leur carrière, leurs travaux ou leur engagement méritent la reconnaissance de l’ensemble des membres de l’Assemblée nationale et de la société québécoise.

Boucar Diouf

Boucar Diouf, d’origine sénégalaise, figure parmi les plus brillants humoristes du Québec. Difficile de séparer le biologiste, de l’humoriste, l’auteur, de l’animateur ou du chroniqueur et vice-versa, puisqu’il porte tous ces chapeaux avec l’aisance naturelle que tous lui reconnaissent. Arrivé au Québec en 1991, Boucar Diouf a su, dès le départ, conquérir le cœur des Québécoises et Québécois. Et pour cause. Son propos, toujours appuyé de références biologiques, historiques ou sociales, enrichit son auditoire, l’amuse et, sans crier gare, suscite chez lui la réflexion.

Auteur de recueils, de contes et d’essais, il est passé maître dans l’art du calembour et de maximes colorées et savoureuses. Il sait toucher les gens et aborder des sujets délicats avec humour, franchise et beaucoup de doigté. Il s’inspire constamment de la nature pour mieux décoder les rapports humains. Ses mots agissent sur le public comme un miroir sur lequel foisonne une poésie empreinte de folie, de sagesse, d’allégories et de proverbes légendaires.

Colombe St-Pierre

L’art culinaire de Colombe St-Pierre dépasse largement les confins de la nourriture. En effet, le parcours de cette autodidacte est atypique, inclassable et inspirant. Il témoigne d’une quête culinaire identitaire. Colombe St-Pierre souhaite, depuis le début de son aventure gastronomique, insuffler à sa région et, par ricochet, à toutes les régions du Québec, un sentiment de fierté en faisant connaître le patrimoine comestible régional tout en respectant les ressources de la terre et de la mer.

En 2004, elle revient chez elle, au Bic, après avoir parcouru le monde et s’être imprégnée de différentes cultures. Elle ouvre avec son conjoint le réputé restaurant Chez Saint-Pierre.

Elle y propose une cuisine qui plaide en faveur de valeurs d’autonomie alimentaire et d’accessibilité aux produits du terroir. La liberté est au cœur de sa démarche créative. Depuis, elle s’est taillé une place de choix parmi les plus grands et, partout où elle passe, elle récolte succès et reconnaissance de ses pairs et du public.

Ouverte au public

Cette cérémonie sera, pour la toute première fois, ouverte au grand public. Pour y participer, les gens devront se rendre la journée même à l’entrée principale du parlement, au poste d’accueil, et s’inscrire en présentant une carte d’identité. Par la suite, ils pourront se diriger vers la salle du Conseil législatif.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×