Gouvernement du Québec
05.12.2020
Nouvelle de 19 h Une ère propice aux autobus électriques

Une ère propice aux autobus électriques

Suggestion à la Ville de Rimouski, pour une transition énergétique réussie

Un membre de Rimouski en Transition (RET), Nicolas Lambert, recommande à la Ville de Rimouski d’avoir recours à des minibus électriques, pour son service de transport collectif.

Ce, au moment où on soulignait justement le premier anniversaire de la Déclaration d’urgence climatique de la Ville de Rimouski, lundi dernier.

Selon monsieur Lambert, qui est membre du comité transport de la coalition RET, le moment est propice pour demander à la Ville d’investir 300 000 $ par unité, pour trois unités, dans des véhicules de transport collectif « verts ».

« Le gouvernement québécois a changé, depuis l’an dernier, et la CAQ (Coalition Avenir Québec) appuie le transport électrique. Le contexte en général est plus favorable. Ces véhicules coûtent peut-être 300 000 $ l’unité environ, mais ils sont remboursés en économies d’échelle une fois rendus à 300 000 km, ce qui n’est pas rare pour ce type de minibus. Rimouski serait aussi éligible à une subvention de 100 000 $ par unité proposée par Québec », précise Nicolas Lambert.

Consultation

Une consultation est en cours depuis septembre pour une éventuelle refonte du système de transport en commun en 2020. Rimouski en Transition soumet deux mémoires à ce sujet.

« Notre premier mémoire demande que les circuits et l’offre de transports en commun soient bonifiés, notamment avec des trajets qui soient à la fois mieux adaptés aux besoins de la population mais aussi conçus en fonction des émissions polluantes. Le second mémoire propose une transition vers les minibus électriques. Les trajets seraient alors aussi conçus en fonction des bornes de recharge disponibles. »

« Il y aurait des gains importants. En électrifiant sa flotte d’autobus, Rimouski engendrerait une réduction de gaz à effet de serre de l’ordre de 18 850 tonnes par année (l’équivalent d’environ 4500 voitures moyennes). Il y a aussi des gains au plan du bruit, puisque un véhicule électrique est silencieux », rappelle monsieur Lambert.

« Pas de sens »

« Le service actuel n’a pas de sens. En transportant trois personnes simultanément en moyenne, un minibus qui consomme 25 litres au 100 km d’essence diesel produit plus de pollution que si ces trois mêmes personnes avaient utilisé leur propre voiture. Des minibus électriques modernes comporteraient encore plus de bénéfices que la consommation énergétique : avec notamment le confort des citoyens, des marches et planchers plus bas, des équipements adaptés aux populations vieillissantes », explique-t-il. Un bénéfice qui cadre dans une Ville amie des aînés.

100 % électrique

« Cette transition vers les véhicules 100 % électriques est possible avec de la volonté politique. Les véhicules actuels sont fournis par un sous-traitant mais la Ville est en droit de demander cette clause lors des appels d’offres pour le renouvellement de la desserte. C’est à la Ville de décider le genre de transport en commun qu’elle veut offrir. Elle est légitimée de le faire », insiste Nicolas Lambert.

Le véhicule 100 % électrique proposé ( différent de celui montré en vidéo ) aurait deux heures d’autonomie énergétique, mais nécessiterait 30 minutes de charge électrique.

Un modèle de minibus électrique de la compagnie Lion. (Photo: site Internet Lion)
(Site Internet Lion)

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×