22.09.2020
Chroniques L'heure juste municipale À bâbord, à tribord…la tempête arrive de tous les bords !

À bâbord, à tribord…la tempête arrive de tous les bords !

Quel sera le legs de l’actuel maire?

Lors de la dernière séance du conseil municipal qui a eu lieu le 18 novembre, le maire de Rimouski, Marc Parent, affirmait que : « la Ville de Rimouski est un gros bateau difficile à virer de bord! » Force est d’admettre que la galère navigue en eaux troubles depuis quelques temps.

Les tirs groupés de certains citoyens et d’organismes viennent mitrailler la confiance de la population envers nos élus municipaux. À preuve, le ton monte lors de la période de questions au conseil municipal et plusieurs dossiers interpellent les citoyens dont entre autres, l’usine de bitume mobile du district Sacré-Cœur, des pétitions pour la venue d’un magasin Costco et pour la mise en valeur des Ateliers Saint-Louis, le délai prolongé pour la démolition de la Grande Place, l’implantation d’une ébénisterie communautaire, la déclaration concernant l’urgence climatique soutenue par Rimouski en Transition, la hausse de tarification pour l’utilisation des glaces au Complexe sportif Desjardins et le don de 500 $ refusé à l’organisme Opération Nez Rouge.

Popularité

Bref, par les temps qui courent, nos élus municipaux rimouskois ne finiraient pas au sommet lors d’un concours de popularité. Mais gouverner n’est pas non plus un long fleuve tranquille et entraîne son lot de décisions qui plaisent ou déplaisent.

Nous sommes à mi-mandat du présent conseil municipal. Il reste deux années pour réorienter le navire pour qu’il arrive à bon port. Les précédents conseils municipaux ont laissé des héritages intéressants aux rimouskois. On a qu’à penser à la Promenade de la Mer sous le règne du maire Michel Tremblay et plus récemment au Complexe sportif Desjardins sous l’égide du maire Éric Forest. À mi-mandat, pouvons-nous poser la question : Quel sera le legs de l’actuel maire?

À l’image d’un artiste du Cirque du Soleil, le maire Marc Parent jongle avec une douzaine de balles sans toutefois réussir à faire son numéro sans faute. Il faudrait peut-être lui rappeler qu’il est préférable d’en faire moins pour le faire bien!

Sursauter

Monsieur Parent annonçait dernièrement que les contribuables rimouskois devraient faire face à une hausse substantielle de leur compte de taxes en 2020. Vous conviendrez que le mot «substantiel» peut faire à lui seul sursauter.

Pour pallier à cette situation qui se répète dans bon nombre de villes après le pelletage de dépenses du gouvernement provincial vers les municipalités au cours des dernières années, le maire Parent s’est fixé comme objectif pour les deux prochaines années de diminuer le parc immobilier en vendant les anciens hôtels de villes de Pointe-au-Père et de Rimouski-Est ainsi que l’édifice de la caserne d’incendies du district Nazareth. Voilà un exercice de rationalisation fort louable mais qui devrait avoir peu d’impact aux urnes lors des prochaines élections.

En fouillant dans mes tiroirs, j’ai mis la main sur un encart publicitaire publié par Monsieur Parent pour promouvoir sa candidature à la mairie lors des dernières élections. On y apprend que celui-ci est un homme de cœur et d’action qui aime Rimouski.

Peut-on oser en douter? On y présente également les dossiers qu’il compte traiter de façon prioritaire, et je cite : « l’amélioration de l’offre de services en matière de logements abordables, le maintien des services de proximité en zone périphérique, les infrastructures de sports et de loisirs, la culture, le transport collectif, la mise en valeur du centre-ville, le développement de l’entrepreneuriat, l’arrivée et la rétention de familles et de main-d’œuvre. »

Belles promesses

À l’image de plusieurs politiciens, s’agissait-il de belles promesses, de vœux pieux? Il y a bien eu des avancées notoires dans certains dossiers mais comme rien de tangible ne semble pointer à l’horizon, je lui suggère de se concentrer sur la mise en valeur du centre-ville en y incluant le dossier stationnement, et ce, en présentant une vision globale du projet et non « à la p’tite cuillère » comme on semble vouloir le faire actuellement.

Oui, le maire de Rimouski voudrait bien nous offrir la lune mais comment finira-t-il par la trouver alors que le ciel est paqueté de nuages menaçants? La tempête gronde. À vous, Monsieur Parent, de reprendre votre sextant et de réorienter votre bateau avant qu’il ne s’échoue sur les récifs à l’approche de la côte.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×