18.09.2020
Nouvelle de 18 h Ferme Tribel symbolise résilience et vision

Ferme Tribel symbolise résilience et vision

Élodie Lebel et ses deux cousins Cédric et David seront à compter du 1er janvier 2020 des partenaires importants au sein de Ferme Tribel de Saint-Narcisse. Élodie est la fille de Bruno, Cédric le fils de Denis et David le fils de Francis. Les trois étaient jusque-là employés à temps plein à la ferme.

Cette attribution de parts dans cette entreprise laitière parmi comptant les plus imposantes au Bas-Saint-Laurent et au Québec s’inscrit dans le plan qu’avaient tracé il y a un bon moment les trois frères Lebel, l’aîné Denis et ses deux frères jumeaux, Bruno et Francis. Elle ne fait que confirmer le statut de relève apparentée qui bientôt assurera la pérennité de cette exploitation dirigée de main de maître depuis toujours par ses artisans.

UN JOYAU DU MONDE AGRICOLE RÉGIONAL

Ce magnifique complexe laitier a été érigé aux abords de la route 232 dans le secteur du Fond d’ormes à Saint-Narcisse. Son fondateur Jean-Claude Lebel n’en croirait pas ses yeux s’il voyait aujourd’hui comment ont évolué les choses depuis 1957, année où il avait acquis cette terre.

Jean-Claude  décédait en 1975 à l’âge de 41 ans à la suite d’une longue maladie. L’aîné de la famille, Denis, délaissa alors les études et prit à 14 ans les commandes de la ferme avec sa mère Huguette Duchesne. Il devint son associé en 1980. Un peu plus tard, ses deux frères Bruno et Francis vinrent le retrouver.

En 1975, Denis et Huguette géraient un troupeau laitier de 35 vaches Ayrshire. Ce n’est que 25 ans plus tard, soit en 2000, que le troupeau Ayrshire fut remplacé par un cheptel Holstein pur-sang.

En 1989, la mère de nos trois jeunes producteurs prenait une retraite bien méritée. En 1994, dans une volonté d’améliorer les installations, on fit la construction de bâtiments neufs.

TOUT PART EN FUMÉE

Le 5 janvier 2009, un violent incendie détruisit l’ensemble des installations et du troupeau, soit bâtiment et silos en plus d’emporter dans le brasier les 125 vaches et 150 génisses, ne laissant qu’une seule génisse gestante.

La décision de rebâtir fut instantanée chez les trois frères Lebel. Ce tragique revers de fortune n’allait aucunement les décourager dans la poursuite de leurs activités car ils savaient déjà que la relève était présente.

En mai 2009, les travaux de reconstruction débutaient. On y allait d’une nouvelle étable à stabulation libre de 400 pieds par 120 dotée d’installations dernier cri dont un carrousel de traite de 28 places. À l’été 2017, une annexe de 200 pieds par 100 a été ajoutée afin de loger les taures et sujets de remplacement.

Les frères Lebel avaient acheté durant l’été 2009 un troupeau Holstein au complet, 180 vaches et 100 génisses, de haut niveau génétique d’un producteur de la Saskatchewan. Ce nouveau troupeau allait intégrer les nouvelles installations en octobre 2009.

PLACE À LA RELÈVE

Des trois fils de Denis, c’est Cédric, âgé de 25 ans, qui a décidé d’emboîter le pas. Autodidacte, il a suivi les traces de son père. Élodie, fille de Bruno, 26 ans, est diplômée en GEEA. David, 24 ans, fils de Francis, est diplômé en mécanique agricole.

Le troupeau de Ferme Tribel comprend 330 vaches à lait incluant les taries et 320 sujets de remplacement. Désigné du préfixe « Tribel », son droit de produire est de 350 kilos/jour.

Le fond de terre de Ferme Tribel s’étend sur 1 550 acres. On y cultive maïs à ensilage, blé, luzerne et fourrages (mil et luzerne). Autosuffisante, l’entreprise est toujours à l’affût en vue d’acquérir de nouvelles surfaces à cultiver et d’accroître son quota laitier.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×