29.09.2020
Nouvelle de 18 h Des abris qui mettraient en péril la sécurité des usagers

Des abris qui mettraient en péril la sécurité des usagers

Consultation sur le transport en commun

Non seulement le nombre d’abris est insuffisant pour les usagers du transport Citébus, à Rimouski, mais certaines apparaissent dangereuses pour leurs utilisateurs.

C’est ce que relève Michel Dubé, d’Action populaire Rimouski-Neigette, un organisme de défense des droits des personnes à faible revenu membre du Comité pour l’amélioration du transport collectif à Rimouski. Alors que la Société des transports de Rimouski (STR) tient des assemblées publiques pour consulter la population en vue de la préparation du plan de transport pour les 10 prochaines années.

Le Comité estime qu’il existe environ 10 abris pour les usagers sur environ 200 arrêts potentiels du service d’autobus. De plus, l’abri situé près du centre commercial le Carrefour aurait été mal conçu. Sa pente est propice à la formation de glace et il apparaît trop près de la rue, entre autres. Par ailleurs, des questions se posent également pour l’abribus destiné aux usagers de la Cité des Achats, derrière Wal-Mart. Il n’apparaît pas très sécuritaire situé derrière Wal-Mart, de l’autre côté de l’avenue Léonidas.

Mal aménagé

« C’est mal aménagé. C’est sur la glace, parfois, c’est glissant et il n’y a pas de rampe. Il y a aussi beaucoup de neige, devant, autour. Des citoyens ont porté à notre connaissance cette situation. Nous avons fait le tour et vérifié leurs dires. Pour une personne de 20 ans, dans une forme en conséquence, il n’y a aucun problème; mais si vous êtes âgé ou que vous n’êtes pas tout-à-fait autonome ou solide sur vos jambes, ça peut être dangereux. En plus, c’est sans doute un des abris et des arrêts d’autobus les plus fréquentés en ville », déclare Michel Dubé.

Précisons par ailleurs que les tarifs pour utiliser le volet Citébus (autobus urbains) sont jugés trop chers, parmi les plus élevés au Québec, notamment à 3,75 $ un aller simple de base et à 105 $ pour le laissez-passer mensuel. Les usagers réclament également des améliorations nombreuses.

Flou

Le devant de l’abri était enneigé ce matin. (Photo: courtoisie)

Il semble y avoir un flou sur la responsabilité de l’entretien des abris et même sur le financement de leurs installations.

« Je sais que ce n’est pas la STR qui est responsable de l’entretien des abris. Ce sont peut-être des abris qui relèvent de la Ville. Je sais que parfois, quand un abribus est érigé, c’est la Ville qui paie l’abribus mais le partenaire, exemple l’UQAR, fournit le terrain et l’entretien », précise le président de la Société, Marc Saint-Laurent.

Il semble que ce sujet revienne dans les conversations, ces jours-ci. « Nous avons déjà tenu deux consultations et reçu des mémoires. On sait qu’il y a certains arrêts qui présentent un niveau de sécurité qui est inadéquat, parce que mal localisé, soit parce que mal entretenu, ou parce qu’il y a une pente glissante. Ce sont des commentaires qu’on a captés et qu’on va effectivement intégrer dans notre plan de transport. On peut penser à des relocalisations, à des améliorations ou à des aménagements pour que ce soit plus sécuritaire », confirme monsieur Saint-Laurent.

Consultation

Les deux dernières assemblées de consultation sont prévues pour ce mardi 21 janvier, à 19 h 30, au Colisée, et ce 

Mercredi, 22 janvier, à 19 h 30, au Centre communautaire de Pointe-au-Père.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×