28.09.2020
Actualités Préférez-vous les humains ou les machines?

Préférez-vous les humains ou les machines?

 Malgré la technologie qui facilite plus que jamais l’accès à l’information, un récent sondage de la CIBC révèle que, lorsqu’il s’agit d’événements importants de la vie, comme un mariage, l’achat d’une maison ou un emploi, de nombreux répondants (63 %) préfèrent demander conseil à leurs amis et à leur famille.

Cette tendance est plutôt marquée chez les jeunes Canadiens : 78 % des répondants âgés de 18 à 34 ans s’appuient sur leurs proches lorsqu’ils doivent prendre des décisions importantes.

En ce qui concerne les conseils financiers, 46 % des Canadiens préfèrent s’adresser à un conseiller par l’entremise de leur institution financière, et 36 % se tournent vers leur famille et leurs amisSeulement 20 % des répondants préfèrent chercher des conseils en ligne.

« Internet peut être un portail vers de grandes quantités de renseignements, mais les décisions importantes sont personnelles. Lorsqu’ils ont des choix à faire, qu’il s’agisse d’un changement de carrière ou de la planification de la retraite, les Canadiens apprécient les conseils d’une personne en qui ils ont confiance, a déclaré Kathleen Woodard, première vice-présidente, Services bancaires personnels et PME, CIBC.

« Un peu comme le ferait un membre de la famille ou un ami proche, un conseiller financier a pour rôle de comprendre vos besoins, de traiter vos objectifs comme s’il s’agissait des siens et de vous donner des conseils pour concrétiser vos ambitions. »

Les personnes qui s’appuient sur un conseiller financier semblent avoir une plus grande confiance et une meilleure connaissance de leurs finances.

Les principales raisons sont l’impression qu’un conseiller donne de meilleurs conseils financiers (50 %), une plus grande aisance à prendre des décisions financières avec l’aide d’un expert (49 %) et une meilleure compréhension de la façon dont les investissements s’inscrivent dans la santé financière globale (35 %).

De plus, les Canadiens qui ont vécu des événements marquants au cours de la dernière année estiment que leur conseiller leur a donné des conseils judicieux lorsqu’ils ont effectué des achats importants (53 %), ont remboursé ou ont consolidé leurs dettes (57 %), ont entrepris la planification de leur retraite (50 %), et ont rédigé un testament et entrepris une planification successorale (50 %).

Le sondage a également révélé que la plupart des Canadiens ne se tournent pas vers le Web pour obtenir de l’information sur les finances ou la gestion financière.

Plus des trois quarts des répondants affirment n’avoir jamais utilisé un service en ligne pour la gestion de leurs investissements (conseiller-robot), et 20 % d’entre eux ignorent l’existence de ces services. Un grand nombre de répondants (65 %) assurent qu’ils n’utilisent pas les moteurs de recherche en ligne pour poser des questions sur des produits ou des sujets financiers courants.

Principales conclusions du sondage :

  • De nombreux Canadiens (63 %) se tournent vers leurs amis et leur famille pour obtenir des conseils sur les événements importants de leur vie. Les 18 à 34 ans se classent au premier rang à 78 %, suivis des 35 à 54 ans à 64 % et des 55 ans et plus à 52 %.
  • La plupart des répondants préfèrent parler à une autre personne plutôt que de se fier uniquement à l’information sur le Web lorsqu’ils ont besoin de conseils financiers (70 %), qu’ils planifient une sortie au restaurant ou un voyage (66 %) et qu’ils s’inscrivent à un produit ou à un service en ligne (60 %).
  • Alors que 46 % des Canadiens se tournent vers un conseiller financier pour les questions sur les finances, 57 % des 18 à 34 ans disent se tourner vers leurs amis et leur famille pour obtenir de l’aide dans ce domaine.
  • Plus de 65 % des répondants déclarent qu’ils n’utilisent pas les moteurs de recherche en ligne lorsqu’ils ont des questions sur des produits ou des sujets financiers courants, y compris les CPG, les fonds communs de placement, les REER, les CELI, l’immobilier et la planification de la retraite.
  • Les Canadiens sont plus susceptibles de demander des conseils financiers sur la planification de la retraite (40 %), la planification générale des placements (30 %), les testaments ou la planification successorale (27 %) et la planification de l’achat d’une maison (26 %)
  • (Communiqué de la Banque CIBC)

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×