27.09.2020
Actualités L'UQAR se situe au sommet, pour l'étude des arbres

L’UQAR se situe au sommet, pour l’étude des arbres

Les travaux de l’équipe du professeur Dominique Arseneault sur l’évolution de la forêt québécoise figurent parmi les dix découvertes de l’année 2019 du magazine Québec Science.

L’Université du Québec à Rimouski (UQAR) s’est ainsi, encore une fois, démarquée sur le plan de la recherche. Il s’agit du 27e palmarès des recherches québécoises qui se sont le plus distinguées au cours de la dernière année. Selon Québec Science, pas moins de 17 000 articles scientifiques sont signés chaque année par des chercheuses et des chercheurs de la province.

Le « top 10 » du magazine est établi en fonction de l’importance de la découverte sur le plan de ses résultats, de sa méthodologie et de ses retombées potentielles.

« L’UQAR a figuré dans ce classement à quelques reprises au cours des dernières années. La qualité des travaux de nos chercheuses et de nos chercheurs est reconnue et leurs recherches permettent de faire avancer la connaissance tout en apportant des solutions innovantes pour les milieux que nous desservons », déclare le recteur de l’UQAR, Jean-Pierre Ouellet.

La découverte qui a mérité à l’UQAR de figurer au classement des dix découvertes de l’année porte sur l’évolution de la forêt québécoise.

Datation

À la tête du Laboratoire d’écologie historique et de dendrochronologie (datation par l’étude des anneaux de croissance) de l’UQAR, le professeur Dominique Arseneault a passé à la loupe, avec ses collègues, les centaines de carnets de notes rédigés par des arpenteurs au courant des années 1780 à 1940. Un travail colossal qui a été réalisé de 2005 à 2019.

Les informations contenues dans les carnets de notes ont permis de reconstituer la forêt préindustrielle du Québec.

Explication historique

« Nous avons constitué une base de données qui nous permet de comparer la composition de la forêt avant la colonisation et maintenant à travers toute la zone tempérée du Québec. On peut ainsi voir comment la forêt a connu une transition importante des essences du résineux vers le feuillu, et ce, en raison des activités humaines comme le déboisement, l’exploitation forestière et les feux de colonisation », explique le professeur Arseneault. 

Cette recherche a été réalisée en collaboration avec plusieurs chercheuses et chercheurs, dont Victor Danneyrolles, de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Raphaële Terrail, Sébastien Dupuis, Gabriel Fortin, Marie Leroyer, André de Römer de l’UQAR, Mark Vellend, de l’Université de Sherbrooke, Yan Boucher et Jason Laflamme, du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, et Yves Bergeron de l’Université du Québec à Montréal.

Les internautes sont invités à voter pour leur découverte préférée en se rendant sur le site Web du magazine Québec Science. Le vote se déroule jusqu’au 14 février.

À propos de l’Université du Québec à Rimouski

L’UQAR est une université du réseau de l’Université du Québec historiquement arrimée aux réalités des milieux qu’elle dessert. Elle offre des programmes de formation à tous les cycles dans des disciplines variées à plus de 6600 étudiants et se distingue par l’accessibilité et la qualité de ses formations ainsi que l’encadrement des étudiants.

Elle se démarque par son rayonnement en recherche notamment autour de ses trois axes d’excellence que sont les sciences de la mer, le développement régional et la nordicité.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×