28.10.2020
Actualités Steven Lee Potvin joue le rôle de sa vie

Steven Lee Potvin joue le rôle de sa vie

Dans « Rouge » à Québec

Grand moment de carrière pour un comédien originaire de Rimouski, Steven Lee Potvin, qui est en vedette ce soir dans la première de la pièce « Rouge », au Théâtre de La Bordée, à Québec.

Celui qu’on a vu d’abord dans des publicités rendant hommage aux employés du secteur touristique, il y a huit ans, a parcouru bien du chemin, depuis. Il a consacré ces six années à étudier à Conservatoire d’art dramatique, à travailler et à se faire des contacts dans le milieu artistique, avec des pied-à-terre à Québec et à Montréal. Il est maintenant représenté par une agente artistique de Montréal, Marie-Hélène Guilbault.

« C’est assurément un moment charnière de ma carrière », soutient Steven Lee Potvin, joint au téléphone par le journal le soir ce matin. « Nous avons complété les répétitions hier soir et c’est la grande première, ce soir. Je suis fébrile. » Le comédien de 33 ans salue d’ailleurs ses amis de la région, ses frères Samuel et Nicolas et son père, Danny, bien connu dans les milieux sportifs notamment.

Tourné vers les arts

Sa mère, Linda Saint-Amand, est décédée dans un accident tragique en 2014.

« J’ai reçu un peu du talent sportif de mon père quand j’étais jeune, mais je me suis mis à faire de l’asthme, alors je me suis tourné vers les arts. Le vrai sportif de la famille, c’est Samuel qui est un excellent hockeyeur. Je suis maintenant sorti de l’école de Théâtre de Québec depuis trois ans et demi et je ne manque pas de travail. »

La pièce

« La pièce en est une de l’auteur américain John Logan, qui est aussi scénariste pour Hollywood. Il a notamment écrit les scénarios de films comme « Gladiateur », « L’Aviateur » (sur Howard Hughes) et « Skyfall » (une aventure de James Bond). Cette pièce a été jouée sur Broadway et a mérité des prix Tony (équivalent des Oscars) en 2009. Le sujet en est le peintre Mark Rothko, dont c’est justement le 50e anniversaire de la mort en ce 25 février. Il était classé parmi les peintres de l’expressionnisme abstrait. Il est aussi réputé que Chagall. »

Histoire vraie

Steven Lee Potvin (Photo: courtoisie, Nicola Frank Vachon)

« C’est inspiré d’un fait vécu. Ça raconte ce qui s’est passé lorsqu’il a reçu une commande pour le restaurant Four Seasons de New-York, un établissement cinq étoiles. C’était le contrat le plus important jamais accordé à un artiste peintre, pour une somme équivalente à 2 M$ aujourd’hui. Le sujet en est beaucoup le rapport maître-élève et je joue l’assistant du peintre. L’action se passe sur deux ans. Ça parle de beaucoup de choses, dont l’importance de l’art et le rapport entre la jeunesse et la vieillesse », raconte le comédien.

Il est sur scène pendant 90 minutes avec un autre comédien, Michel Nadeau, qui joue le rôle du peintre. « Ce qui est vraiment particulier, c’est que Michel, qui est aussi le directeur artistique de La Bordée, a été mon professeur et directeur au Conservatoire. Alors, ça apporte une autre dimension au rapport maître-élève, dans la pièce. »

L’élève et le maître. (Photo Nicola Frank Vachon)

Saisir sa chance

« Je crois que j’ai été chanceux. J’ai joué dans plusieurs pièces majeures, à date. Ça ne fait pas si longtemps que je suis sorti de l’école de théâtre et j’ai eu un calendrier bien rempli. Cette fois-ci, c’est vraiment le rôle le plus important de ma carrière. C’est un rôle que je dois bien tenir pendant toute la durée de la pièce et je le fais avec le directeur artistique d’un théâtre qui a aussi été mon professeur. C’est une bonne dose de pression, mais c’est un beau moment », affirme Steve Lee Potvin.

« Mon horaire est tellement chargé que je n’ai pas le temps d’être stressé, alors je me sens bien. Je travaille présentement sur un autre projet. C’est un peu ça la vie de travailleur autonome : tu dis oui à tout et tout arrive en même temps! C’est une bonne chose que je n’aie pas beaucoup de temps pour penser », conclut-il.

Steven Lee Potvin ne dit pas non à faire de la télévision mais il sera de nouveau sur les planches à l’automne, dans la pièce « Foreman », qui fera une tournée provinciale. On la verra peut-être chez-nous.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×