28.10.2020
Actualités Économie Les entreprises doivent se montrer de plus en plus «vertes»

Les entreprises doivent se montrer de plus en plus «vertes»

Autre tournant majeur dans les secteurs des communications et des affaires, par rapport aux habitudes des consommateurs, notamment sur le web.

Après avoir identifié de nouveaux phénomènes et de nouvelles décisions de la part des gestionnaires du web qui viendront influencer la visibilité des entreprises et le comportement des utilisateurs d’internet, le journal le soir présente aujourd’hui les conclusions d’une experte sur l’image des entreprises et les tendances environnementalistes observées chez le public.

Il en ressort que les préoccupations des consommateurs en matière d’environnement commencent et doivent commencer à être considérés dans la mise en marché des entreprises. C’est ce qu’on appelle le marketing durable, sujet qui faisait l’objet d’une présentation de la gestionnaire stratégie et marketing de la firme G Communication, Annie Boudreau, ce midi, à l‘espace de travail collaboratif La Station, au centre-ville de Rimouski.

« Non-seulement il y a de plus en plus d’entreprises qui se préoccupent de leur image au plan environnemental, mais il y a même des employés qui choisissent leur employeur en fonction de ses valeurs environnementales. C’est un virage que la communauté locale et régionale des affaires doit prendre pour assurer son développement », estime madame Boudreau.

Un sondage a démontré que 61% des entreprises ont amorcé des démarches en ce sens.

Simples gestes

Après avoir pris en considération la stratégie des trois «p» pour personne, planète, profit, une entreprise qui veut faire du marketing durable doit considérer de nombreux détails, mais aussi des gestes simples qui amélioreront son rendement et son image.

Des détails qui vont des cadeaux proposés aux clients, au format utilisé pour ses produits (lequel a une influence sur la quantité de marchandise transportée), à la composition des produits (par exemple utiliser moins d’eau), à la forme et au genre de caractère de typographie utilisé, et jusqu’au contenu du site Internet, par exemple.

Trop chargé, trop long

« Il faut se souvenir que l’ordinateur utilisé par le consommateur requiert de l’énergie. Un site trop chargé va donc inciter le consommateur à rester plus longtemps sur son écran et va utiliser plus d’électricité, ce qui va causer une empreinte environnementale. Beaucoup de gens ne le réalisent pas, mais dans l’imprimé comme dans la sphère numérique, le choix de caractère publicitaire a un impact sur l’environnement. Il existe un type de fonte (Ecofont) qui utilise moins de pixels sur l’écran. Les pixels sont bien réels et ils requièrent de l’énergie », rappelle Annie Boudreau.

Exemples frappants

La pratique du marketing durable a des impacts sur l’image projeté par l’entreprise mais peut aussi lui être profitable. Il existe des exemples très frappants qui ont fait leurs preuves.

Dizaines de millions $ épargnés

« Mc Donalds a épargné des dizaines de M$ avec ses gobelets de carton, simplement en retirant la couleur du lettrage de son logo. Une entreprise de vêtements, Patagonia, a réalisé une campagne de publicité disant qu’il fallait éviter la surconsommation, pendant toute une année. Il était carrément écrit sur ses publicités de « ne pas acheter (tel ou tel de ses produits) si vous n’en avez pas besoin ». L’image de l’entreprise en est ressortie gagnante et en plus, celle-ci a réalisé une année record de ses ventes », raconte madame Boudreau.

Eco responsable

Un événement ou une entreprise se voulant éco-responsable ou se prétendant zéro émission de déchets a des devoirs à faire. On assiste à des contractions, aussi, comme de voir des entreprises qui proposent leur produit dans un emballage qui s’avère finalement plus lourd que le produit lui-même.

17 000 bouteilles de moins

« Après son événement, on peut faire un bilan environnemental et tâcher de réduire son empreinte l’année suivante. Notre entreprise a été associée à une démarche de ce type avec les Grandes Fêtes TELUS. Au lieu de proposer de l’eau potable en bouteilles de plastique, les festivaliers se servaient à un poste de distribution. Nous avons réalisé après l’événement que nous avions permis d’éviter l’utilisation de 17 250 bouteilles de plastique, simplement en faisant le décompte de l’eau distribuée par le poste d’approvisionnement », témoigne encore Annie Boudreau.

Cadeaux

Même les cadeaux offerts à la clientèle ou aux partenaires spéciaux doivent être considérés dans la démarche. Si on se veut écologiste, on peut offrir des cadeaux qui ne sont pas matériels, comme une application Internet, un crédit pour un spectacle ou des livres numériques.

« Tout ceci doit faire partie de la stratégie initiale. Changer une image de marque, ça prend un certain temps. Il faut se montrer patient pour en voir les résultats, mais ils se produisent, c’est certain », conclut madame Boudreau.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×