25.10.2020
Actualités Le maire Parent défend l’appellation du nom du Bic

Le maire Parent défend l’appellation du nom du Bic

Rimouski demande de reporter la démarche de redécoupage

Le maire de Rimouski, Marc Parent, se dit lui-même sensible au maintien de l’appellation district Le Bic, en raison de son historique personnel.

Monsieur Parent a annoncé ce matin, en point de presse virtuel, que le conseil municipal de Rimouski allait demander, lundi prochain, le report de la démarche de redécoupage des districts électoraux, à la ministre responsable des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest. Le redécoupage proposé ne fait pas l’affaire de certains citoyens, dont ceux qui habitent Sacré-Cœur et se retrouveraient au Bic.

Aussi, des citoyens du Bic craignent que la dénomination district 11 ne fasse disparaître le nom du Bic L’affaire a fait beaucoup de bruit en début de semaine.

« Nous demandons aux Affaires municipales la possibilité de faire un processus mené dans les règles de l’art et qui, ultimement, représentera les désirs de la population (quant au redécoupage des districts) », a indiqué le maire Parent.

Sentiments

Interrogé par le journal le soir sur ses sentiments personnels à l’effet que certaines personnes pensent qu’il veut faire disparaître le nom du Bic, alors qu’il a des liens familiaux avec le Bic et a été conseiller du Bic, monsieur Parent laisse pour une rare fois parler ses états d’âme.

« Je suis né au Bic et j’en éprouve une grande fierté. Le Bic, comme je l’ai mentionné souvent, c’est un fleuron de Rimouski. Nous n’avons aucune intention de faire disparaître le nom du Bic. C’est identitaire et je ressens cette fierté bicoise. Je serai toujours né Bicois. »

« Nous sommes astreints à respecter des règles qui sont imposées par le ministère des Affaires municipales, quant à une représentation proportionnelle des élus, compte tenu du fait qu’ils ont le même poids démocratique au sein du conseil. Nous désirons trouver une solution qui répondra aux attentes d’une majorité de la population », ajoute monsieur Parent.

Inapproprié

Monsieur Parent a fait un retour sur les derniers événements entourant les obligations de la Ville face à la procédure de redécoupage des districts électoraux.

« Le 25 mars, j’ai demandé lors d’un appel conférence, le report des échéanciers associés au redécoupage des districts, jugeant qu’il était inapproprié de le réaliser à ce moment-là, compte tenu de la difficulté de consulter la population. Le 27 mars, je recevais confirmation du ministère des Affaires municipales, qu’un report n’était pas accepté pour le moment et que les villes avaient maintenant le loisir d’utiliser des pouvoirs associés à un nouveau décret qui découle de la crise de la COVID-19. »

« Le conseil municipal peut décider (avec les nouveaux pouvoirs) de surseoir à une consultation publique, pour mener à terme un projet de modification réglementaire tel que le processus de redécoupage. Les membres du conseil municipal n’ont pas l’intention d’utiliser ce marteau pour pousser ce règlement. On voit clairement la résistance du côté des citoyens. Ils ont des préoccupations par rapport au redécoupage. Nous ne voulons pas d’une démarche qui viendrait heurter une démocratie fondamentale », déclare Marc Parent.

Les maires des villes-centre et les MRC de la région demanderont un report des démarches à ce sujet, tout comme la Ville.

Commerces

Par ailleurs, monsieur Parent souhaite rappeler aux entreprises qui continuent de fonctionner normalement, malgré la crise, qu’elles contreviennent aux directives de la santé publique.

« Ce n’est pas parce que nous n’avons pas beaucoup de cas qu’on peut baisser la garde. Il est extrêmement important de mettre en pratique les consignes d’hygiène et de distanciation sociale. La dernière chose que je voudrais qu’il nous arrive, c’est que le gouvernement impose la fermeture des parcs et des sentiers. C’est la responsabilité de chacun de s’assurer qu’on respecte les règles. La Sûreté du Québec va commencer à être beaucoup moins tolérante et je demande à tous de continuer les bonnes habitudes. »

« On me rapporte que certains entrepreneurs qui ne sont pas dans des services essentiels, continuent à opérer. Il est correct pour une compagnie de faire du télétravail mais il n’est pas approprié de maintenir ses opérations sur des lieux physiques. Je vous demande d’y mettre un terme », a conclu monsieur Parent, ajoutant qu’il propose aux Rimouskois d’utiliser la technologie de solutionlocales.ca pour se faire préparer un repas dans un restaurant local.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×