18.09.2020
COVID-19 Touchants témoignages de citoyens rapatriés

Touchants témoignages de citoyens rapatriés

Trois familles livrent de touchants témoignages après avoir été rapatriés en raison de la crise du coronavirus, souvent dans des conditions souvent difficiles et parfois sur de longues périodes de temps.

Il s’agit de gens de la région soutenus par le député fédéral de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, et son équipe. Celui-ci se dit fier d’avoir réussi à rapatrier près de 50 voyageurs bas-laurentiens et même de l’extérieur de la région.

Un résidant de Gaspé, Juan Sebastian Larobina, a d’ailleurs accepté de témoigner sur vidéo de l’accompagnement du député Blanchette-Joncas.

Juan Sebastian Larobina (Photo: courtoisie)

 « Vraiment, ça a été une assurance d’appeler au bureau, de savoir qu’il y a quelqu’un qui répond. Je pense que l’aide de Maxime a été précieuse parce que je pense que sans lui, on n’aurait pas pu trouver les moyens d’acheter un billet et de contacter ma belle-famille ici (à Gaspé) pour les billets d’avion. Je me suis senti très appuyé et très pris en considération par les gens qui ont fait ce travail », exprime-t-il.

La famille Boissoneault-Pastor. (Photo: courtoisie)

Pas un numéro

Pour sa part, la Rimouskoise Brigitte Morin ne tarit pas d’éloges envers son député à la Chambre des communes, qui a travaillé ardemment pour ramener de la Nouvelle-Zélande sa fille, Rebecca Cimon.

« J’ai rarement vu un service aussi rapide. Je me suis sentie vraiment importante. Je n’étais pas un numéro, j’étais quelqu’un qui essayait de rapatrier sa fille et je sentais que c’était vraiment important pour lui. Ça a été vraiment rassurant de savoir qu’il y avait quelqu’un qui savait quoi faire! », s’est-elle exclamée.

Suivi

Quant à un couple de Bicois, Esther Boissonneault et Adrian Garcia Pastor, il a été grandement touché par le suivi constant de sa situation par Maxime Blanchette-Joncas.

 « Très sincèrement, quand on a écrit, je ne pense pas que le député savait qui on était, mais malgré qu’il ne nous connait aucunement, il n’a pas eu une seconde d’hésitation à nous aider et à nous appeler dans l’heure qui suit. Je le remercie du fond du cœur de nous avoir dit : « Y’a quelqu’un qui pense à vous dans toute cette histoire-là » », relate avec émotion madame Boissonneault.

Pas hésité

« Je n’ai pas hésité à répondre aux nombreux appels et messages de gens coincés à l’étranger, au plus fort des premières semaines de la crise du coronavirus. J’ai même contribué à ramener chez lui un Gaspésien (monsieur Larobina), sa conjointe et son fils pris en Argentine, où prévalaient des règles très strictes de confinement », rapporte monsieur Blanchette-Joncas.

Maxime Blanchette-Joncas (Photo: Chambre des communes)

Au Sénégal

Par ailleurs, rappelons que le journal le soir avait mis en lumière la situation d’un communicateur et auteur de la région, Jean-Marc Cormier, coincé au Sénégal avec sa famille, au début de la crise. Après ce cri d’alarme, le 23 mars, monsieur Cormier et sa famille ont été parmi les premiers expatriés pris en charge par l’équipe du député Blanchette-Joncas.

Jean-Marc Cormier (Photo: courtoisie)

Soutien aux citoyens

L’équipe du député et celui-ci auront effectué ces démarches en parallèle avec le travail, non moins important, de répondre aux gens dans les 39 municipalités de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques qui soumettent quotidiennement de nombreuses interrogations sur les différents programmes d’aide fédéraux.

« Chaque jour, plusieurs dizaines de personnes nous interpellent, souvent avec des questions que le gouvernement Trudeau n’a toujours pas éclaircies. Avec le Bloc Québécois, mon équipe et moi, nous multiplions les interventions pour qu’Ottawa publie les détails de ces mesures, cruciales pour traverser la crise avec le moins d’impacts économiques, sociaux et personnels possible », conclut monsieur Blanchette-Joncas.

Voici les témoignages en vidéo, avec, par ordre d’apparition : le député fédéral de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas; la Rimouskoise rapatriée de Nouvelle-Zélande, Rebecca Cimon, et sa mère, Brigitte Morin; le Gaspésien Juan Sebastian Larobina, rapatrié d’Argentine avec sa conjointe, Mylène Cotton, et leur fils, Edaï; les Bicois Adrian Garcia Pastor et Esther Boissonneault.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×