29.09.2020
COVID-19 Des élus préoccupés par la santé mentale

Des élus préoccupés par la santé mentale

-Pour éviter « une crise après la crise »

Le Parti Québécois et ses députés de l’Est du Québec estiment que le confinement dû à la crise du coronavirus a suffisamment affecté la population qu’il faut songer à créer des équipes volantes qui viendraient en aide aux personnes en détresse.

Le député des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole du Parti Québécois en matière de santé, Joël Arseneau, se fait l’écho de ses collègues pour réclamer au gouvernement du Québec la création d’équipes de soutien en santé mentale.

Ces ressources, gratuites, s’adresseraient à l’ensemble de la population : aux familles qui vivent une période difficile – en raison notamment d’une perte d’emploi, de la maladie ou du décès d’un proche –, aux travailleurs de la santé, confrontés quotidiennement à des expériences traumatisantes, ainsi qu’à toutes celles et à tous ceux qui vivent de la détresse psychologique en raison de la crise actuelle.

Le monde a changé

 « Depuis quelques semaines, notre monde a changé. Des milliers de Québécois ont perdu leur emploi. On est confiné à la maison. Partout, on vit de l’incertitude, de l’instabilité, de l’isolement. Les visites dans les CHSLD ne sont plus possibles, distanciation sociale oblige. Les témoignages troublants se multiplient; les aînés ont peur et leurs proches sont inquiets. Plusieurs vivent en solo un deuil qu’ils n’attendaient pas. »

« Et les travailleurs de la santé, eux, ont été projetés au cœur de la tempête; chaque jour, ils constatent l’inconcevable. Nul doute que dans ce contexte, le niveau de stress et d’anxiété augmente chez de nombreuses personnes. Pour éviter une crise après la crise, on doit agir maintenant, prendre les devants, tendre la main aux gens », déclare Joël Arseneau.

Soutien psychologique

C’est pourquoi le Parti Québécois demande au gouvernement de mettre en place des équipes de soutien psychologique, et de rendre leurs services accessibles à tous.

« Formées de professionnels en santé mentale, ces équipes seraient à l’écoute des femmes, des hommes, des aînés, des jeunes ou des travailleurs qui ont besoin d’extérioriser leurs états d’âme, car confrontés à une situation déconcertante et privés de leur cercle de soutien habituel. »

« Elles offriraient un accompagnement dans le processus de deuil, des conseils pour mieux gérer l’incertitude et l’anxiété, des pistes de solution aux personnes victimes d’abus, ou simplement une oreille attentive pour soulager la peine. Les services seraient évidemment gratuits, et adaptés aux besoins particuliers de chacun », explique le député.

Consultations en ligne

Pour ce faire, Joël Arseneau propose de mettre d’abord à profit la plateforme qu’utilisent actuellement les médecins pour offrir des consultations en ligne. Éventuellement, des services par téléphone ou en personne pourront aussi être mis en place.

« C’est indéniable : pour toutes sortes de raisons, la crise entraîne de la détresse psychologique chez plusieurs personnes. Les professionnels en santé mentale ont d’ailleurs insisté, en début de pandémie, sur la nécessité de venir en aide à la population sur le plan psychologique. Et la ministre de la Santé a elle-même déclaré, il y a quelques semaines, que tous les Québécois auraient, au besoin, accès à un tel soutien. Il est temps de passer à l’action et de déployer les ressources disponibles », insiste-t-il. 

En résumé

-La pandémie, pour toutes sortes de raisons, augmente le risque que des gens se retrouvent en détresse psychologique;

-Le Parti Québécois demande au gouvernement de mettre en place des équipes de soutien en santé mentale formées de professionnels compétents, dont des psychologues et des travailleurs sociaux;

-Nous devons tout faire pour soutenir celles et ceux qui vivent des moments difficiles et qui ont besoin d’être accompagnés pour les traverser.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×