Gouvernement du Québec
05.12.2020
Nouvelle de 19 h Les affaires reprennent enfin!

Les affaires reprennent enfin!

La reprise des activités économiques est pour demain, presque deux mois après le décret d’urgence sanitaire du gouvernement du Québec, le 11 mars dernier.

« Dès le 4 mai, les commerces de détail ayant un accès direct à l’extérieur habituellement utilisé par la clientèle pourront reprendre leurs activités, à l’exception de ceux de la Communauté urbaine de Montréal, qui pourront rouvrir le 11 mai. Les entreprises de la chaîne d’approvisionnement des commerces au détail pourront reprendre leurs activités aux mêmes dates », a fait savoir le gouvernement du Québec, mardi dernier.

« Dès le 11 mai, les chantiers de construction pourront reprendre leurs activités. À partir du 11 mai, toutes les entreprises manufacturières de toutes les régions du Québec », ajoutaient les autorités, précisant que les consignes sanitaires demeurent en vigueur : lavage des mains fréquent, toux et éternuement dans le coude et maintien d’une distance de deux mètres entre les personnes.

Rimouski

À Rimouski, la ville reprendra vie dans une bonne partie de ses entreprises, demain matin. L’entreprise Tendance EIM est aux premières loges pour constater l’enthousiasme du milieu des affaires.

L’entreprise propose notamment des services d’impression (dépliants, affiches, etc), de stratégies marketing, de conception et de développement web (sites Internet), des outils dont auront sûrement besoin certaines des entreprises qui redémarrent.

« Bien hâte »

« Je pense que tout le monde a bien hâte de reprendre les affaires et une vie normale. Nous étions ouverts comme service essentiel depuis un certain temps, mais on rouvre officiellement lundi pour la plupart de nos services. Nous avons mis en place toutes les mesures demandées, par exemple pour le plexiglas pour éviter les risques de contagion. Nous avons plusieurs dossiers en attente, ce qui indique une reprise intéressante. Il y a assez de travail pour recommencer à accueillir les clients et à traiter leurs demandes », explique le directeur du développement des affaires et actionnaire de l’entreprise, Pierre Chassé.

Pierre Chassé (Photo: archives)

« Nous sommes en première ligne pour faire la promotion des entreprises qui veulent relancer leurs affaires. Elles peuvent avoir de nouveaux besoins, par exemple en matière de signalisation pour respecter et faire respecter les consignes et de mettre de l’avant des promotions spéciales, notamment par le web ou par des envois postaux. Pour l’instant, malgré une certaine incertitude tenace, la reprise graduelle s’annonce bien et le déconfinement économique arrive à point », estime monsieur Chassé.

Services

Par ailleurs, certaines entreprises de services rimouskoises reprennent graduellement leurs principales activités. C’est le cas des cliniques de physio-ergo Sylvain Trudel.

« Bien que la plupart de nos services soient offerts depuis le début de la pandémie en vidéo-consultation, une relative reprise en clinique permettra de procéder en personne à certaines interventions, avec un cadre de sécurité strict », indique un communiqué de l’entreprise.

« Depuis le début de la pandémie, les consultations se faisaient en vidéo-consultation exclusivement, sauf rare exception. Voir un patient en clinique était quasi impossible dû aux normes des ordres professionnels. L’assouplissement de la notion d’urgence permettra de soigner certains de nos clients en respectant les normes strictes de distanciation, avec blouses, masques, lavage des mains, etc », mentionne Sylvain Trudel.

« Il était temps d’assouplir les critères d’urgence pour éviter certaines complications et aider davantage nos clients présentant un problème plus aigu et nécessitant des soins en personne » poursuit-il.

Cadre strict

Le cadre strict qui a été communiqué aux professionnels de la physiothérapie du Québec hier permettra les évaluations, les réévaluations, certains traitements pour éviter les complications, pour ajuster les soins ou pour soulager les clients présentant des problèmes neuro-musculo-squelettiques.

Les personnes présentant certaines conditions plus urgentes pourront aussi être vues en clinique : fortes douleurs, situations post-opératoires, atteintes neurologiques, cardiorespiratoires, pédiatriques, gériatriques et périnéales nécessitant une consultation, traumatismes récents, commotions cérébrales.

Les suivis non urgents se poursuivront en vidéo-consultation ou reportés jusqu’à nouvel ordre.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×